**Vous revenez ce matin sur l’affaire Florence Cassez et la déclaration de Nicolas Sarkozy qui a mis le feu, y compris dans les rangs de la majorité...Le chef de l’Etat a aussitôt enflammé le Mexique tout entier, ce qui n’est pas rien. Un petit rappel rapide pour ceux qui auraient raté un épisode : le gouvernement mexicain a décidé de se retirer de « l’année du Mexique », manifestation culturelle prévue en France, après la décision de Nicolas Sarkozy de dédier ces festivités à Florence Cassez, la Française condamnée à soixante ans de prison pour trois enlèvements, et qui clame son innocence depuis cinq ans. Nous sommes dans le registre d'une émotion légitime, la condamnation s'est faite là-bas dans des conditions très contestables. Le chef de l’Etat a reçu lundi, pour la dixième fois, les parents de Florence Cassez, avant de faire son annonce fracassante. L’Elysée hier soir ne retirait pas un mot de ce qui a été dit. « Nous ne lâcherons rien », expliquait l’entourage présidentiel. Mais bon, Paris et Mexico se retrouvent du coup engagés dans un bras de fer inédit. Le dernier conflit remonte à 1861, quand Napoléon III a envoyé un corps expéditionnaire au Mexique pour tenter d’y installer l’empereur Maximilien de Habsbourg, et ça ne s’est pas très bien terminé... La posture de Nicolas Sarkozy est aujourd’hui très contestée, y compris parmi ses soutiens ?Nombreux sont les UMP qui ont dénoncé une gesticulation, un gâchis contreproductif. En expliquanrt qu'il fallait y aller en douceur, avec diplomatie, tout simplement parce que le président mexicain Felipe Calderon en a fait une affaire de politique intérieure dans son pays. Et il en va de même pour Nicolas Sarkozy, qui s’est fait fort aux yeux de l’opinion française, de rapatrier Florence Cassez. C'est l'impasse. Le chef de l'Etat, après avoir montré ses muscles, va peut-être devoir arrondir les angles, en appelant, sous peu, son homologue mexicain. Notre image en prend un coup à l’étranger ?La séquence n'est pas terrible, même les amis du président le disent. Le blocage en Côte d’Ivoire, le décalage de notre diplomatie face aux révolutions en Tunisie et en Egypte, la polémique sur les vacances tunisiennes de Michèle Alliot-Marie, qui rebondit ce matin avec de nouvelles révélations dans le Canard Enchainé, et le séjour égyptien controversé de François Fillon. Cela fait beaucoup depuis le remaniement. Vous y ajoutez le Mexique, avec lequel il va bien falloir renouer le dialogue, puisqu’il va prendre, après la France, la présidence du G20. Nicolas Sarkozy comptait beaucoup sur son image à l'étranger pour prendre un peu de hauteur, un peu de lustre, loin des polémiques et des sondages, avant 2012. Caramba, raté! La scène internationale, pour l’instant, ressemble plus à un ring, où il n’y a que des coups à prendre.**

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.