Aujourd’hui, deuxième conférence de presse du Président Hollande. Et ce, au lendemain de l’annonce de la récession…

Oui et lors de la dernière conférence de presse élyséenne, il y a six mois, nous étions avec cette prévision de croissance de 0,8 points – mordicus. et cette affirmation selon laquelle la France respecterait les 3% de déficit en 2013 –promis juré ! -… deux illusions auxquelles personne ne croyait. Même pas, sans doute, le chauffeur de François Hollande, même pas François Hollande (du moins on l’espère !), ces deux illusions sont mortes. Deux de moins. La France vient d’obtenir un délai de deux ans pour atteindre les 3%. Et le problème politique est là : avoir présenté ce report comme une grande victoire de notre pays. « Il ne faut pas tuer la croissance en hâtant le pas vers l’équilibre des comptes, sous peine d’asphyxier le malade » nous dit-on. Mais alors pourquoi avoir soutenu si longtemps qu’il fallait y arriver en 2013, si c’est une victoire de le faire en 2015 ? Les illusions entretenues sont vicieuses parce qu’elles en entraînent toujours d’autres. C’est mécanique ! Je vous promets de la croissance, donc je peux vous promettre de réduire le déficit à 3% cette année ! Mais la mécanique marche dans les deux sens : une illusion perdue entraîne les autres. Après avoir dû faire le deuil d’une croissance à 0,8 points, le gouvernement a dû convenir qu’il nous faudrait plus de temps pour réduire nos déficits.

Mais il reste une illusion : renverser la courbe du chômage avant la fin de l’année…

Et cette illusion découle des deux autres. Du coup on n’y croit pas non plus, bien sûr ! C’est un peu comme si vous promettez de moins manger, de faire du sport, puis de maigrir… Si vous continuez à promettre de maigrir alors que vous abandonnez l’idée de moins manger et de faire du sport… personne ne vous croira. Si la courbe du chômage s’inverse dans les six mois (outre que ce serait un formidable espoir pour tous ceux qui veulent maigrir en mangeant autant) je promets de faire un édito pour me battre joyeusement la coulpe à la fin de l’année ! François Hollande aura peut-être, cet après midi, la prudence de transformer sa promesse en objectif…ce serait un pas. Plutôt que des prévisions fermes et assurées avec des accents de certitude, nous avons besoin d’objectifs. Non pas d’objectifs chiffrés ou d’inversions de courbes (il en faut bien sûr mais ça c’est bon pour les premiers ministres qu’on peut changer si ça ne marche pas)… non, il faut plutôt des « nouvelles frontières » à atteindre, comme disait Kennedy. C’est d’ailleurs ce que commence à faire le Président sur les nouvelles technologies, sur l’énergie de demain ! Ça nous sort de l’idée mortifère de crise permanente pour nous faire entrer dans celle, plus enthousiasmante, de la mutation. Pourquoi la France, par exemple, ne se donne pas comme objectif, un peu fou, d’être le pays qui trouvera la façon de stocker les énergies issues du renouvelable ? Ça ne nous exonérerait pas du respect de nos engagements européens mais ça leur donnerait un sens. « L’illusion est une foi démesurée » disait Balzac… L’opinion sera toujours plus magnanime envers un président qui se donne des objectifs qui paraissent démesurés, et fait mine d’y croire pour nous entraîner plutôt qu’envers un président qui promet des chiffres et se trompe tout le temps sur ce qui finit par arriver !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.