Avec Carine Bécard.

Arnaud Montebourg monte aujourd'hui le Mont Beuvray, comme chaque lundi de Pentecôte. L'occasion pour lui, d'en dire un peu plus sur ses intentions présidentielles. Reste à savoir si elles intéresseront les Français ?

Oui... C'est bien là l'objectif de l'ancien ministre de l'Economie qui-veut-absolument-revenir ! Intéresser les Français... Faire monter le désir... Le désir de sa candidature à l'élection de l'année prochaine ! Donc, première étape, c'était dimanche dernier : Arnaud Montebourg - dans une interview télévisée - a commencé par expliquer que "s'il y avait des responsabilités à prendre, il les prendrait"... Deuxième étape, ce lundi : les propos devraient être un peu plus explicites, autrement dit un nouveau pas devrait être franchi pour le rapprocher de 2017... Et d'autres étapes sont certainement, déjà, en train d'être réfléchies pour entretenir le suspense, probablement jusqu'au début de l'été... ' Or, à y regarder de plus près, cette stratégie "des petits cailloux" ressemble à s'y méprendre à la stratégie "des cartes postales" de Nicolas Sarkozy... Souvenez-vous ! Après sa défaite en 2012, l'ancien président a repris ses déplacements, petit à petit... Des sous-entendus - sur son possible retour - sont apparus... Ils ont été savamment entretenus... jusqu'à ce que le doute ne soit plus permis !

Ce qui signifie finalement, que tous les politiques appliquent les mêmes techniques... d'Arnaud Montebourg à Nicolas Sarkozy, en passant - si vous préférez - par Jean-François Copé... réapparu récemment derrière un livre sur son expérience de la France... exactement ce que s'apprête à faire - en septembre - l'ancien ministre de François Hollande... Donc, tous ceux qui souhaitent revenir aujourd'hui en politique, semblent suivre le même itinéraire, cocher les mêmes cases, au risque de proposer des campagnes - on ne peut plus - stéréotypées !

Ce qui du coup, a peu de chance de séduire les Français, Carine ?

Effectivement ! Et c'est d'ailleurs ce que révèlent les "cotes d'avenir" de ces trois mêmes prétendants... Nicolas Sarkozy est à 20% dans le TNS - Sofrès du début du mois de mai, quand son grand rival - à la primaire de la Droite - Alain Juppé affiche 38%... Jean-François Copé est lui, à 13... Et Arnaud Montebourg, difficilement au-dessus, à 15% seulement...

En réalité, ce qui ne séduit pas les Français dans ces retours "un peu trop programmés", c'est l'impatience qui s'en dégage, et qu'ils perçoivent... L'impatience de ces politiques qui reviennent avant tout pour assouvir une ambition strictement personnelle... Autrement dit, si l'ancien ministre de l'Economie veut réussir à imposer sa candidature dans le paysage présidentiel, mieux vaudrait pour lui, qu'il l'appuie sur une volonté collective ! Sauf que c'est là, tout son problème... Personne n'a réclamé à Arnaud Montebourg de reprendre sa place dans l'arène politique... Il est réapparu tout seul. Il n'y a pas eu d'appel d'un collectif d'élus, ni de tribune dans la presse... Même les frondeurs - qui sont plutôt à ses côtés - modèrent manifestement leur enthousiasme... Résultat, tout porte à croire que son ambition est égoïste... Et c'est probablement ainsi qu'elle est déjà perçue dans l'opinion publique.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.