"Et allez, ça continue, c'est comme chez Eléonore, quand y'en a plus, y'en a encore ! Et là, à ce stade de ma réflexion, je me jette face contre terre, les bras en croix, et j'implore le pardon. Je crie " pitié " s'il vous plait ! Mais qu'est-ce qu'on a bien pu vous faire pour en arriver là ? Quelle faute originelle avons-nous commise pour être obligés de se farcir, du matin au soir, les états d'âme des uns, les conquêtes des autres, les rumeurs.fr, les photos pas volées, les look délirants et les sourires grivois. Qu'est-ce qu'on a bien pu vous faire pour mériter de ramasser en rafale 3 Unes d'affilées, cette semaine de notre chef d'Etat bien aimé et de sa nouvelle amie ? On dit juste amie pour éviter le procès. Je vous rappelle tout de même que la semaine dernière, le village de Paris et ses relais internet bruissaient des rumeurs d'un mariage imminent du président avec une belle animatrice. Les journaux sérieux s'apprétaient même à publier le ban. Et voilà que tout s'écroule. Et voilà que "Point de vue" entre dans la danse ; en publiant à la Une la photo, mercredi prochain, de Carla et Nicolas. L'hebdomadaire, qui jadis s'occupait des poussées de fièvres du petit dernier des Moncaco, ou des premières érections d'un boutonneux saxe-cobourg, devient l'organe officiel de la famille impériale. Il y a 3 semaines, l'ex Cecilia, heureuse, nous dit-on dans sa nouvelle vie. On est content pour elle. La semaine suivante, la Reine Mère, Dadou, manton de vison sous le bras, se promenant avec son fiston en Chine - certainement pour signer des contrats, sinon, on ne voit pas très bien pourquoi. Et cette semaine, la nouvelle, Carla, chanteuse de talent chic et glamour, normalement de gauche mais amie de coeur du président - une forme d'ouverture en quelque sorte. Non pas que je foule au pied cette belle histoire d'amour. On aime tous les belles histoires d'amour, n'est-ce pas ? On aime les vivre, on aime les contempler sur papiers glacés. Mais ce coté "je suis un homme ordinaire, je fais la queue à Disneyland avec ma copine pour aller voir Mickey", ce coté, proche de chez vous, comme vous, ça commence à lasser. On appelle ça la modernité. Ah la modernité ! La fausse transparence ! D'ailleurs, tout est dans la fabrication de ces photos, pas volées, posées, tout est dans le message. Après une semaine de mascarade totale avec Khadafi, cet ami qui nous veut du bien, il fallait corriger le tir, offrir très vite au bon peuple de France une image qui redore, un amour qui apaise. D'ailleurs, c'est écrit dans le journal, le chef de l'Etat était détendu et souriant. Tout est là, dans ces 2 adjectifs, détendu et souriant. Ségolène Royal aussi, vous remarquerez, dans tous les commentaires depuis 15 jours, est détendue et souriante. Mais elle au moins, a l'excuse de ne pas être à la barre. Si je tenais les crétins chargés d' humaniser l'image de ceux qui nous gouvernenent, chargés de rédiger ces "story telling", vous savez, cette histoire qu'on raconte par épisode pour créer un lien avec l'opinion, si je tenais ces crétins payés à prix d'or, je leur dirais une seule chose : l'humanité et la modernité d'un dirigeant ne se mesure pas à l'étalage de son look, de ses sentiments et de ses conquêtes. Elle se mesure à sa capacité à améliorer la vie de ses concitoyens, à penser le monde, à être sans complaisance avec soi même pour être plein d'indulgence avec les autres. En un mot... à faire de la politique. C'est juste ce qu'on leur demande. Une chronique de Françoise Degois .

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.