Ce matin, vous nous parlez, bien sûr, de l’accord à l’UMP !

Oui… vous avez remarqué ! Les termes de cet accord ressemblent à un contrat de mariage de stars du show-biz dans lequel toutes les possibilités de conflits sont bordurées. On sait, le jour du mariage, que le plus probable, c’est un divorce dans l’année… alors le texte installe des vigies de chaque camp, les unes face aux autres. Le siège de l’UMP risque de ressembler à un chenil pour chiens de faïence fillonnistes et copéistes. On a tout en double ! Luc Chatel vice-président délégué et Michèle Tabarot secrétaire générale… Ces deux Copéistes seront affublés de deux sentinelles Fillonistes : un vice-président et une secrétaire générale déléguée, chacun son boulet ! Respectivement Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse. Mais nous avons à faire à des professionnels qui savent parfaitement se tenir, sourire aux côtés de leurs pires ennemis… Malgré tout, Copé et Fillon ont trouvé une solution ensemble, sans passer par les plateaux de télévision comme ce fut le cas au début de cette drôle de crise ! Le gouvernement peut quand même se montrer assez satisfait parce qu’en fixant ses nouvelles élections à septembre, l’UMP entre, dès maintenant, dans une longue période de précampagne, forcément très autocentrée, pendant laquelle il s’agira de définir les nouvelles règles internes et aussi une nouvelle ligne politique. Imaginez un peu l’atmosphère qui va régner quand il faudra désigner les candidats pour les municipales de 2014... Les informateurs de la page 2 du Canard et les rubricards des pages consacrées aux indiscrétions des hebdos ont de belles piges en perspective.

Vous aviez dit, la semaine dernière, que vous ne reparleriez de l’UMP que quand ils referaient de la politique ! Le débat d’idées, nous n’y sommes pas vraiment !

L’UMP va quand même devoir rapidement débattre aussi de sa ligne politique, toujours mal définie. Les questions de personnes sont mises entres des parenthèses blindées, sous contrôle d’avocats… On peut toujours espérer que ça permette au débat d’idées d’éclore un peu, de dépasser les postures surjouées de la fidélité indéfectible envers Nicolas Sarkozy. Les cartes idéologiques de l’UMP, qui avaient été distribuées par l’ancien président lors de la campagne de mai 2012 peuvent être rebattues… Le plus grand service que pourrait rendre Copé et Fillon, pour qu’un vrai débat idéologique ait lieu à l’UMP, ce serait de ne pas se présenter en septembre prochain. De toutes les façons ils auraient de bonnes chances d’être battus et ils le savent. Une nouvelle vague de dirigeants peut émerger, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Baroin ou le plus ancien, Xavier Bertrand pour promouvoir une droite sociale, européenne, conservatrice mais relativement modérée, face aux nouveaux hérauts de la droite identitaire, Geoffroy Didier ou Guillaume Peltier qui œuvreront, avec leur mentor idéologique Patrick Buisson, au retour de Nicolas Sarkozy. La droitisation actuelle pourrait bien vite passer de mode…Les grandes difficultés que vit la majorité devrait conduire les prochains dirigeants de l’UMP à considérer que pour gagner les élections intermédiaires de 2014 et 2015, il sera plus rentable de séduire d’abord les déçus du PS plutôt que de tenter de détrousser un FN en forme. La situation est mûre pour un débat interne intéressant… C’est vrai, rien n’est moins sûr mais ne désespérons pas de la politique !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.