Il peut le dire ! … Thomas vous savez quel sera le prochain président, élu en 2017

Oui, en cette fin d’année on peut jouer un peu et tenter de deviner de façon (presque) sûre quel sera le prochain président. Attention quel, pas qui… donc quel président ? Un président de centre droit… maintenant qui ? Juppé, Fillon, Lemaire….ou même Sarkozy…ou encore Hollande. Les deux derniers ne sont pas vraiment de centre droit mais peuvent le devenir s’il le faut. Parce qu’en matière présidentielle, on se pose toujours la question Qui ? Mais jamais la question Quoi ? Quel positionnement politique, quel créneau, quels messages ? Le général de Gaulle disait que l’élection présidentielle, c’était la rencontre entre le peuple, un homme et des circonstances. De ces trois éléments, quand il s’agissait du Général, l’élément « un homme » était aussi important que les deux autres. Mais aujourd’hui, à une époque beaucoup plus complexe, sans hommes providentiels, des trois éléments « l’homme », son aura, son charisme, son expérience, importent moins que les circonstances. Quand DSK était archi favori, on pensait que c’était l’homme qui était plébiscité, l’expert à la carrure mondiale qui s’était tenu loin des jeux politiciens … mais après son crash personnel, il a été remplacé en deux semaines, presque à la même hauteur dans l’opinion, par le président du conseil général de Corrèze qui n’avait jamais été ministre, F.Hollande. Le seul rapport entre Hollande et DSK, c’était d’incarner, tous les deux, un centre gauche modéré, apaisé et économiquement très sage. C’était, en fait, ce positionnement politique, plus que l’homme, qui importait. Après la lessiveuse sarkozienne droitière, les Français avaient besoin de ce créneau politique…et finalement, peu importe qui l’incarnait. En scrutant les résultats des régionales, on devine (presqu’à coup sûr) ce que le pays réclame aujourd’hui…

Et donc ce dont les Français veulent, c’est du centre-droit ?

Ce serait très hasardeux de formuler ça comme ça, mais à partir du moment où la radicalité de droite occupe un tiers de l’électorat, à partir du moment où donc, il ne fait plus guère de doute que M.Le Pen (sauf grosse bourde personnelle) sera au 2nd tour, celui qui a le plus de chance de gagner c’est celui ou celle qui se retrouvera en face. L’exemple Xavier Bertrand est frappant. Il est démontré que la gauche peut suivre massivement un homme de centre droit pour contrer le FN. On ne sait pas ce que donnerait l’inverse, un 2nd tour gauche/FN (un tel duel ne s’est pas présenté aux régionales) mais le risque qu’une grande partie des électeurs de droite n’aient pas la même attitude vis-à-vis d’un socialiste que les électeurs de gauche vis-à-vis d’un LR est grand. On ne peut bien sûr pas affirmer que les Français veulent précisément et massivement le centre-droit mais un vague pôle modéré, concret, un peu moral, qui affirmerait vouloir changer les pratiques politiques, semble bien être le point d’équilibre crédible du moment. C’est ce que représente aujourd’hui Alain Juppé et c’est aussi le pari de l’expert en navigation politique qu’est F.Hollande. Il se dirige (on le voit dans sa pratique du pouvoir et dans ses choix politiques et économiques) clairement -l’air de rien- vers le centre droit. Et s’il y va, ce n’est pas pour se balader mais bien parce qu’il pressent que c’est là que se gagnera 2017.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.