Tout le monde peut voter à la primaire de la droite et du centre. Même les électeurs de gauche, dites-vous.

Oui, ils peuvent très bien, tout comme les électeurs de droite, en janvier pourraient, voter à la primaire de la gauche. D’abord parce que cette exercice démocratique ne consiste pas à désigner le Président mais le candidat d’un camp. En participant à sa sélection, tout le monde peut déterminer la qualité et la nature du débat présidentiel que nous allons vivre (et si possible essayer ne pas subir). La présidentielle, c’est le moment cardinal de la vie politique française. Tous les 5 ans, pendant 6 mois, on refait la France par les mots. Le ton, et surtout le thème dominant, dépend du casting. Deux grands thèmes sont en concurrence, l’économique, le social d’un côté, et l’identitaire, l’autorité de l’autre. Lequel de ces deux thèmes doit dominer les débats ? En choisissant les candidats, même celui du camp qui n’est pas le vôtre, vous pouvez peser sur ce que sera la dominante et donc aussi l’ambiance générale dans le pays ces prochains mois. Si une partie conséquente (ce sera toujours et par nature assez minoritaire) mais conséquente quand quand même d’électeurs de gauche votait à la primaire de la droite et autant d’électeurs de droite à la primaire de la gauche, ça donnerait une prime aux candidats les plus ouverts, à ceux qui ne misent pas tout sur l’antagonisme et le clivage pour gagner. Les primaires de chaque camp changeraient de nature et ne seraient plus (ce que l’on observe avec ce que l’on pourrait appeler la primaire de la droite et de la droite) un exercice de recroquevillement idéologique.

Mais il faut quand même signer une charte d’appartenance politique avant de voter !

Oui mais le texte qui a été adopté par les organisateurs de la primaire (sous l’influence assez efficace des Juppéistes) est très ouvert. Il demande aux électeurs d’approuver les valeurs républicaines de la droite et du centre. C’est tout à fait signable par des électeurs de gauche ! Les valeurs républicaines sont des valeurs communes à la quasi-totalité des Français. Et puis le texte dit aussi qu’il faut être pour l’alternance…mais il n’y a pas de date ! Alors si vous êtes pour l’alternance, dans l’absolu, bref si vous êtes démocrates, vous pouvez signer… oui, c’est un peu spécieux comme raisonnement mais les électeurs aussi (pas seulement les stratèges des partis) ont le droit d’être malins et un tout petit peu retors…ou simplement prévoyants : Il y a certainement beaucoup d’électeurs de gauche (et c’est tout à fait légitime) qui, avant de voir si l’un des candidats de leur camp arrive à émerger, sont tentés de sécuriser un minimum une présidentielle bien partie pour glisser vers la droite dure et le populisme. La gauche sera tellement dispersée (Macron, Mélenchon, Jadot, un ou deux trotskistes et le candidat socialiste issu de la primaire) que ce serait un miracle que l’un d’entre eux se qualifie pour le 2nd tour. Et ce sont les électeurs de gauche (une bonne partie d’entre du moins) qui arbitreront. Ce sera déjà pénible pour eux ! Il n’y a donc aucune raison qu’ils ne donnent pas leur avis sur le goût et la texture de la potion amère qu’ils devront peut-être avaler en mai prochain, s’il veulent faire barrage au FN.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.