François Fillon a décidé de se présenter à Paris aux prochaines législatives, pour s’implanter dans la capitale…

Oui et le Premier ministre a décidé de se faire élire dans la circonscription la plus chic de France. Celle qui englobe le VIIème arrondissement où, pour vous dire, on considère les habitants de Neuilly comme des nouveaux riches, un peu parvenus… Dans ce ghetto du Faubourg Saint-Germain et des Invalides, on y trouve un mélange de vielles familles à particules et de la haute bourgeoisie qui tentent de garder leurs appartements calmes et lambrissés que des capitaines d’industries, de riches investisseurs étrangers et des stars du showbiz s’arrachent à plus de 11.000 euros le mètre carré. Dans ce quartier qui vote à 80% à droite, le plus dur pour un UMP ce n’est pas de se faire élire mais de décrocher l’investiture et de ne pas se faire doubler par un dissident de son camp. Une fois élu, François Fillon ne sera pas étouffé par les problèmes sociaux. Tout va bien dans le VIIème. Avec tous les ministères qui s’y trouvent l’ordre et la sécurité règnent… Parfois, s’il y a la queue sur un trottoir, ça ressemble de loin à une arrivée de rutabaga dans un magasin d’Etat à l’époque de l’URSS mais non, approchez vous, c’est simplement qu’il manque un vendeur à la boutique « Nespresso » de la rue du Bac ou alors qu’il y a pénurie de sushis à la grande épicerie du Bon Marché ! Rachida Dati, maire du VIIème, avait dû promettre, pour s’y faire accepter, d’aller à la messe et ne pas favoriser l’installation d’HLM qui dénatureraient le voisinage. Quand on se présente aux élections dans ce charmant quartier, ce n’est donc pas avec la rage au cœur pour lutter contre les inégalités et défendre une population dans le besoin, c’est que l’on a d’autres ambitions.

Des ambitions municipales, en l’occurrence : François Fillon veut être maire de Paris en 2014.

Et là, à l’inverse de la circonscription la plus chic de France, Paris ne sera pas facile à gagner pour un candidat UMP, fut-il ancien Premier ministre. Paris est à gauche. De plus en plus à gauche. En dehors des quartiers chics de l’ouest, tout le reste (nord, est, sud) est à gauche. Martine Aubry y a fait un meilleur score que François Hollande, trop modéré, dimanche dernier. Et ce n’est pas ce que l’on appelle la « gentrification » ou « la boboisation » des quartiers populaires du nord-est qui contrecarrent cette tendance à la « gauchisation », bien au contraire. Bertrand Delanoë, le Maire de Paris a su accompagner ce mouvement mais l’enracinement à gauche de la capitale est d’abord dû à une évolution sociologique que l’on constate dans toutes les capitales d’Europe. Pour espérer l’emporter, il faudrait que l’UMP reconquière au moins les XIIème et XIVème arrondissements, plus un ou deux petits arrondissements du centre. Vu d’ici, cela parait aussi probable que de faire élire un indépendantiste corse à Strasbourg. En réalité, la seule chance pour François Fillon d’accéder à la mairie de Paris, c’est une alternance à l’Elysée en 2012. Et encore, il faudrait aussi que le président Hollande devienne, à la faveur de la crise et d’une gestion désastreuse, immensément impopulaire… Et que, du coup, on assiste à un vaste vote sanction aux municipales de 2014… scénario envisageable ! Dans le cas contraire, il reste à François Fillon la possibilité de mettre un cierge à la Médaille Miraculeuse dont la chapelle se trouve justement à un pâté de maison de Matignon, au cœur de son futur fief.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.