79 % des jeunes âgés de 18 à 25 ans ont une piètre image de la politique même s'ils affirment qu'ils iront voter. Ils estiment que les hommes et les femmes politiques sont très loin de leur préoccupation et les derniers dérapages de personnalités publiques ne contribuent pas à encourager l'esprit civique. Au grand bazar de la bêtise crasse, de la vulgarité et pour tout dire, si j'osais le dire, de la ... ça commence par un C... ça finit par un E... on solde en cette fin d'année. Profitez en. Pas sûr que vous retrouviez un jour une telle compilitation et surtout une telle complaisance à l'égard de ce genre de produit en vente libre. Dieudonné d'abord : nous nous sommes tant aimés, lui et nous, lorsqu'on se tordait de rire. Souvenez vous : ses duos délirants avec Elie Semoun. Le noir, le juif, un monde idéal en quelque sorte. Aujourd'hui, on se tordrait presque de colère. Inutile de revenir sur la logohrrée de Monsieur, on la connait par coeur. Elle est vieille comme le monde : le complot, l'argent, tout ça, tout ça. Non, ce qui est formidable, voyez vous, dans cette histoire, c'est le zéro punition, ou presque, de la justice et surtout des salles pleines à craquer. Hier soir au Zénith, avec quelques invités d'honneur venus le féliciter dans sa loge, et quels invités ! Bruno Gollnish, madame le Pen, mazette, un concentré de l'esprit des lumières. Pascal Sevran ensuite, si gentil, si cultivé, si vieille france. Ses envolées sur le sexe des noirs ? Trois jours de remous et puis plus rien. Ah si, pardon, un blame de la direction de FR2, des excuses de Sevran et puis ? Et puis rien. Zéro punition ou presque, quelques amis de gauche et de droite qui influent dans les couloirs pour le défendre. Sevran restera à l'antenne. Georges Freches enfin. Ah, Georges Freches ! Que n'a t-on salué dans le passé sa culture historique execeptionnelle, ses qualités de tribun, son franc parler, son humour. Quel talent ! Aujourd'hui, Georges Freches est un naufrage. Pour lui, pour son parti. "Les harkis sous hommes", les noirs en équipe de france, tout ça, tout ça... Sanctionné, Freches ? Zéro punition, ou presque. Suspendu des instances nationales du PS pour les harkis : même pas mal. En attente de jugement pour les noirs : même pas peur. Là, on regarde un peu ses chaussures, génés... on repose la question : "Et pour Freches, vous faites quoi "? On enqueête et on tranche en janvier. Monsieur Freches serait il donc si puissant, avec ses chantages aux adhérents et à l'affaire URBA ? Dieudonné, Sevran, Freches. Trois personnages publics, connus, reconnus et qui semblent sortis tout droit des "animaux malades de la peste." : "Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir ". Et le revoilà, caché dans les recoins, ce sentiment d'impunité, celui qui précisément tue la politique depuis 20 ans. Remarquez, il reste une solution très simple : arrêter d'acheter des places au Zénith. Arrêter de regarder "Chanter la Vie", arrêter de voter pour Georges Freches. On appelle ça le libre arbitre.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.