L’UMP fait des propositions pour 2017... n’est-ce pas un peu tôt ? Est-ce une bonne idée ? Bien sur c’est beaucoup trop tôt, mais c’est une très bonne idée. Comment est-ce possible ? Des propositions dans le domaine économique et social 3 ans et demi avant l’éventuelle alternance ça ne veut pas dire grand-chose, donc c’est beaucoup trop tôt. En revanche c’est une très bonne idée parce qu’en réalité, ce procédé permet à Jean-François Copé de faire en douce ce qu’il ne peut pas faire ouvertement : l’inventaire des années Sarkozy. Et même des années Chirac/Sarkozy. Des dix années (2002/2012) pendant lesquels l’UMP a été au pouvoir. Que s’est il passé pendant ces dix ans ? Qui peut citer une grande réforme fondatrice dans le domaine économique et social ou sur les questions de société ? Les problèmes de chômage, de déficit, de compétitivité, d’insécurité n’ont pas été résolus, ceux de l’intégration, du logement, de l’éducation... non plus ! Certes, Chirac nous a évité une guerre en Irak. Certes Sarkozy a su nous faire passer à travers la crise financière de 2008 sans que le système ne s’écroule. Ce sont deux évitements salutaires mais ce ne sont pas des réformes. Vous voulez dire que toutes les solutions proposées par l’UMP de Jean-François Copé hier l’on été pour souligner le vide des deux précédents quinquennats ? En tout cas devant cette impressionnante liste d’idées tranchées et de solutions à la crise, assenées sur le ton de la certitude et de l’évidence, (notamment la suppression des 35 heures) ce qui saute aux yeux, c’est ce qui n’a pas été fait il y a un an et demi, beaucoup plus que, ce qui pourrait être fait dans trois ans et demi ! Patrick, si à Noël Philippe Lefébure vous offre un pauvre 45 tour d’Annie Cordy et que le 26 décembre Clara Dupont-Monod vous promet qu’à Noël 2016 elle vous offrira l’intégrale des frères Jacques, de Mistinguette et de Ricet Barrier pour vos 7H43 de 2017, vous penserez qu’elle veut surtout souligner la pingrerie de Philippe ! Hé bien avec Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy c’est exactement pareil. Et c’est exactement comme ça que c’est perçu rue de Miromesnil par l’ancien président. Ce n’est pas un hasard si Henri Guaino, le plus sarkozyste des sarkozystes, ne s’est pas montré particulièrement enthousiaste en évoquant les propositions de l’UMP hier matin à ce micro. Il n’était d’ailleurs pas invité à participer à la réunion de l’UMP sur ce sujet hier soir ! Jean-François Copé et François Fillon font donc (en creux, en faux cul) l’inventaire des années Chirac/Sarkozy. Et c’est sévère. En réalité cet exercice traite du vrai problème politique auquel sont confrontés les partis de gouvernements : l’impuissance. Pour se délier du bilan-néant 2002/2012, Copé fait aussi une proposition de méthode. Celle-ci est plus intéressante que le détail et le fond des propositions, forcément hypothétiques et tributaires de la conjoncture de 2017 qu’on ne connaît pas encore. La proposition de méthode c’est celle des ordonnances. La droite revenue au pouvoir procéderait pendant 6 mois par ordonnances, c'est-à-dire à la hussarde mais après un débat présidentiel clair et avec l’autorité que confère l’onction toute fraiche du suffrage universel. On peut penser du bien ou du mal de la procédure des ordonnances qui met le parlement entre parenthèses. Une chose est sure : c’est une proposition qui répond vraiment –pour le coup- à la question politique la plus importante de notre époque, celle l’impuissance des détenteurs des manettes du pouvoir !

► ► ► Pour aller + loin | > Comment l'UMP compte "redresser" la France

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.