Débats parlementaires sur la loi dite ‘séparatisme’… ou comment tout gâcher…

 A deux, deux députés LREM, ils ont réussi à faire que le premier jour de la discussion de la loi retombe dans le désolant travers de la surenchère normative sur le voile. Cette loi devait éviter l’écueil le plus courant : la stigmatisation, l’idée que l’islam serait visé. C’est faux et ceux qui le prétendent sont aussi ceux qui voient de l’islamophobie dès qu’il s’agit de lutter contre les visées politiques des islamistes. Amalgamer lutte contre l’islamisme et lutte contre l’islam (comme certains le font à la gauche de la gauche) valide, par un pernicieux effet miroir, l’amalgame islam/islamisme, entretenu à la droite de la droite. Le texte n’est pas parfait, doit être débattu article par article, mais il a le mérite, justement, de ne pas être dans la dénonciation communautaire et de proposer des solutions pour que l’islam soit enfin vu et vécu comme une religion compatible avec la République.  D’ailleurs, parallèlement, l’exécutif fait adopter une charte en ce sens aux imams de France. Ça n’est pas dans la loi, parce que l’Etat n’a pas à intervenir directement dans les affaires religieuses, mais c’est une discussion appuyée, de bon augure pour inciter à une autorégulation des clercs musulmans afin d’isoler ceux qui salissent leur religion de l’intérieur. 

Mais deux députés de la majorité, dites-vous ont donc ruiné cette séquence !

   Oui, il s’agit d’Aurore Berger et Jean-Baptiste Moreau qui proposent donc des amendements sur un sujet non abordé dans le texte : l’extension de l’interdiction du voile. La France, en interdisant, en 2004, le voile à l’école, était arrivée à un équilibre utile et fragile. Vouloir étendre l’interdiction, dans tout ou partie de l’espace public, pour les usagers des services publics, par exemple, serait à coup sûr (et heureusement) anticonstitutionnel.  Certes, le voile est un objet sexiste ou de revendication identitaire ; le choix de le porter tient plus de l’aliénation religieuse ou politique que de l’exercice d’une liberté. Mais multiplier les interdits ne ferait que renforcer le coté étendard séparatiste de ce bout de tissu. LR(Les républicains), quand ils étaient au pouvoir, avaient étudié ces possibilités d’extension de l’interdiction du voile et s’étaient finalement rangés à l’idée que ce serait une législation contre-productive. Voilà que dans l’opposition, de concert avec le RN, LR embraye sur la surenchère des deux députés macronistes. Mais imaginez l’interdiction du voile, donc de la kipa ou de croix trop voyantes dans les transports en commun ! Comment faire respecter une telle législation ? Impossible, les promoteurs de ces amendements le savent bien. D’ailleurs la plupart des militants d’une laïcité rigoureuse sont plus attachés à faire respecter l’équilibre issu de la loi de 2004 et à mener le combat culturel contre toutes les manifestations de l’islam rigoriste.  

L'équipe
Thèmes associés