Islamisme, terrorisme : c’est le temps de la réaction.

La peur doit changer de camp’, dit le président… Comment désapprouver cette injonction, après tant d’années de glissades. Avec cet attentat, on a la preuve  limpide du lien possible entre islamisme quotidien et terrorisme. La société se promet de cesser ses petites lâchetés… L’Etat tente de repérer  –la tâche est ardue – les terroristes, souvent novices et solitaires, avant qu’ils ne passent à l’acte. Ce qui est compliqué c’est de traquer les influenceurs, les instigateurs moraux…  un travail de l’ombre. Seulement les gouvernants sont sous pression pour du visible, du rapide. Le risque c’est de sombrer dans le ‘matamorisme’, selon le mot de Jean Castex. Comme s’il fallait des descentes de police et des annonces tonitruantes. Par exemple, celle de la dissolution du CCIF, cette association dite antiraciste, animée par des manipulateurs, propagateurs d’un islam politique et radical... mais le lien factuel avec le lynchage numérique du professeur est-il établi ? Existe-t-il les bases juridiques pour une dissolution? A moins que le gouvernement possède des informations ? Il faut l’espérer. Le risque d’une dissolution de circonstances … c’est son annulation par le juge administratif, et la conclusion qui sera réclamée à coup sûr : changer la loi ! Avec au bout, une réduction de la liberté d’association.   

En matière de sur-réaction l’opposition n’est pas en reste ?  

Oh non… sur ces sujets, la droite fait du matamorisme débridé, l’extrême-droite réclame que l’on sorte de l’Etat de droit. Plus surprenant : JL. Mélenchon: ‘nous avons un problème avec la communauté tchétchène’ Dit-il ! Raisonne-t-il maintenant par la stigmatisation de communautés ?! Comme l’extrême-droite ! ‘Il faut reprendre le dossier des Tchétchènes un à un’, poursuit-il, portant un coup au droit d’asile. Tout ça pour dénoncer, en réalité, les mauvaises manières faites à Poutine. Certains profitent des temps troublés pour avancer des pions politiques qui n’ont rien à voir. Répliquer durement oui ! Mais attention à la liberté d’association et au droit d’asile : le comble serait que l’action d’un terroriste qui exècre la liberté se solde par sa victoire posthume : l’affaissement de plusieurs libertés ? 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.