Jean-Marie Le Pen lance aujourd'hui sa campagne pour la présidentielle de 2007 à Valmy dans la Marne, lieu symbolique de la République et de la Nation. Quel poids a aujourd'hui le président du Front national dans l'opinion publique ? "La Bombe Le Pen" titrait la semaine dernière un hebdo. Aujourd'hui toute la question est de savoir s'il faut s'attendre en 2007 à la même déflagration qu'un certain 21 avril 2002. En début de semaine, Marine le Pen clamait: "papa", enfin, "Jean Marie Le Pen" disait-elle, ferait aujourd'hui 20 à 22% des voix. Fantasme ou réalité? En fait, Le Pen oscille entre 10 et 15% des intentions de vote; soit 3 à 8 points de plus qu'à la même époque en 2001. Alors, question : les sondeurs, qu'on a beaucoup accusés de n'avoir rien vu venir il y a 5 ans, appréhendent-ils mieux aujourd'hui le vote FN, ou bien le pays est-il en train de se FN-iser ? Les sondeurs affirment qu'ils n'ont pas changé leur instrument de mesure. Contrairement à une idée reçue, disent-ils par ailleurs, les sondés ne sont pas plus désinhibés qu'hier pour avouer leur intention de voter front national. Il faut se rendre à l'évidence, il y a bien tout bêtement plus de français tentés aujourd'hui par le vote FN. Il faut dire que le climat actuel est un creuset particulièrement favorable. La fragilisation sociale s'est accentuée. Selon l'institut LH2, un français sur 3 estimait en 2002 que sa situation personnelle s'était plutôt détériorée dans les mois précédents, aujourd'hui, c'est 50% des sondés qui ont ce sentiment. L'Etat nation, celui qui apporte les sécurités essentielles, est plus que jamais lézardé. Enfin, les thèmes captateurs de Jean Marie Le Pen sont sur le devant de la scène quotidiennement, après les épisodes CPE puis Clearstream, aujourd'hui Cachan, les expulsions, les régularisations, bref l'immigration, et par ailleurs l'insécurité font le terreau idéal du vote FN. Pour autant, il serait grotesque de transposer mécaniquement 2002 à 2007. Et dire, Jean Marie Le Pen sera à 25% le 22 avril prochain. Les sondages ne sont pas une prédiction, mais la photographie d'un rapport de force. Or ce rapport de forces peut évoluer car il reste des questions en suspens. Quel sera "l'effet campagne" en 2007 ? La dernière présidentielle s'était largement nouée dans les semaines finales autour de l'insécurité. Sur quoi se cristallisera le débat dans quelques mois ? Si c'est sur l'environnement par exemple, Jean-Marie Le Pen ne sera pas au centre du jeu ! "L'effet campagne" est particulièrement important pour lui, car c'est l'électorat populaire, le sien, qui est le plus volatile, le dernier à se fixer sur un candidat. Autre interrogation : quel sera l'effet sarkozy sur le vote FN ? Nicolas Sarkozy revendique de vouloir capter les électeurs du Front. Alors sa stratégie de la "triangulation", qui consiste à récupérer des thématiques de l'adversaire pour les reformuler à sa façon, séduira-t-elle ? Ou à l'inverse, comme le pense Le Pen, les électeurs préféreront toujours l'original à la copie ? Voilà quelques-unes des questions qui changeront la face du 22 avril 2007. Une seule certitude aujourd'hui : à l'heure où il lance sa campagne, le président du FN n'a jamais été en aussi bonne posture.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.