Il semble acquis, dans tous les commentaires, que le FN sera au second tour de la présidentielle de 2017. Est-ce si sûr ?

En tout cas, c’est devenu un postulat qui ne se discute plus mais qui a une influence sur le débat politique national. Parce que si le FN est au 2nd tour, cela veut dire (mécaniquement) que la gauche ou la droite n’y est pas. Vu l’état de la gauche, il est dit que c’est la droite qui sera qualifiée. Du coup, selon un 2èmepostulat, qui veut que le FN ne peut pas remporter l’élection, logiquement, le prochain président sera issu de la primaire de la droite de novembre. CQFD, la primaire fait office de véritable élection présidentielle. Nous aurons le nom du président dès la fin de cette année ! Alors les meilleurs analystes (toujours à la recherche de logique) posent ces postulats et, en même temps (toujours à la recherche de romanesque), vous disent qu’en ce qui concerne la présidentielle rien ne se passe jamais comme prévu. Mais justement comme il est prévu que rien ne se passe comme prévu, ça peut très bien se passer selon les postulats… comme prévu ! En tout cas, les Français le croient : ils sont 71% à estimer que Marine Le Pen sera au 2nd tour et 91% à estimer qu’elle n’a aucune chance de gagner… Qu’est-ce qui pourrait empêcher Marine Le Pen d’accéder au second tour ?

Depuis les régionales, vous avez remarqué, on ne la voit pas. Elle se terre dans un mutisme qui n’est pas que stratégique. Son silence est aussi (et surtout) le signe d’un embarras, signe que la ligne de sa campagne n’est pas adoptée, ni même tout à fait définie. Quand un candidat se rapproche des scores qui permettent d’envisager l’accession au pouvoir, on ne le regarde plus comme avant, du temps de la pure protestation, du temps où les décibels de la parole importait plus que sa cohérence. Le FN entre dans une zone de responsabilité dans laquelle il faudra qu’il soit précis et documenté. Cette zone où l’on se demande avec une certaine acuité ce que donnerait l’application du programme. Dans quelques semaines, quelques mois, l’emporte-pièce ou le silence ne seront plus de mise. Sur la fiscalité, les déficits, les retraites, le mariage pour tous…sur l’euro, l’Europe, qu’en sera-t-il, par exemple après un éventuel brexite anglais, il va falloir que la candidate ait quelque chose de convainquant et de rassurant à dire. Pour l’instant, entre le FN social du nord et le FN identitaire du sud (celui de la tante et celui de la nièce), rien n’est vraiment tranché. Ce n’était pas grave (et c’est même efficace) quand il s’agissait juste de protester et de capter les colères, même les plus contradictoires. Ça devient problématique quand il s’agit d’emporter une adhésion d’ordre présidentiel. Est-ce que la cire des ailes de Marine Le Pen tiendra le choc à l’approche du soleil du pouvoir ? Cette question, alimentée par son silence actuel, fragilise un peu (un peu seulement) le postulat de son inévitable qualification au 2nd tour.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.