L’aéroport de NDDL. Un dossier qui pourrait bien empoisonner la majorité au début de l'année 2016.

Oui, le carnet des réjouissances 2016 pour le gouvernement commence à se remplir : on apprend qu’un grand rassemblement des opposants au projet est annoncé pour le 16 janvier. Ce sujet est emblématique d’une certaine ambiguïté de la majorité qui hésite entre 2 cohérences : Etre cohérent avec la promesse vallsienne de l’ordre républicain qui devrait, logiquement, aboutir à une expulsion manu-militari des zadistes et autres militants écologistes radicaux qui occupent le site. Ou être cohérent avec la logique de la COP21 qui devrait aboutir au bannissement de ces projets gigantesques d’un autre âge. M.Valls, la plupart des élus socialistes du département, la nouvelle majorité de droite de la Région, sont favorables à la construction de l’aéroport. Le 1er ministre ne cesse de répéter, ces derniers temps, que la République doit reprendre ses droits en tous lieux. Il explique volontiers que la défiance des Français envers les politiques vient aussi de cela : des décisions qui traînent, des volontés politiques bloquées par des groupes protestataires, des intérêts particuliers. Mais l’évacuation de la ZAD, sur un tel terrain, compliqué à maîtriser, nécessiterait un déploiement de force très important, alors que les policiers sont au bout du rouleau, mobilisés depuis des mois pour la lutte anti-terroriste. L’autre cohérence serait donc d’être raccord avec les mots forts de la COP21.

Et donc de renoncer définitivement au projet de l’aéroport de NDDL

Oui, parce qu’au fond, il est assez étrange de se glorifier d’un accord mondial sur la question du climat, de se réjouir qu’enfin le monde reconnaisse qu’il faut changer nos logiques de production, de consommation et de transport, et en même temps, de continuer à développer nos territoires sur un modèle dépassé et énergivore. S.Royal, la ministre de l’Ecologie et les responsables d’EELV, réclament au président cette cohérence. Donc l’abandon de NDDL. Mais pour l’instant, tout se passe comme si la réussite de la COP21 n’était, pour F.Hollande, qu’un coup de génie politique, une preuve de son savoir-faire diplomatique. Le plus probable reste quand même que cet aéroport ne se construise jamais. Non pas parce que F.Hollande voudrait signifier qu’il faut maintenant vraiment changer de logique, mais simplement pour ne pas créer de trouble inutile dans cette période déjà pleine d’incertitudes et de menaces. Ce choix serait d’abord un non-choix, un enlisement juridique savamment organisé. M.Valls est à la recherche de la cohérence entre ses mots et ses actes sur le thème de l’ordre. F.Hollande est à la recherche d’apaisement. Dommage, le pays qui attend des buts politiques, des nouvelles frontières, aurait pu s’en voir désigner une : la transition énergétique, une nouvelle croissance. Non, ce sera encore ce désespérant adage d’H. Queuille, selon lequel « il n’y a pas de problème qu’une absence de solution finisse par régler ». Il n’y a pas que le renouvellement des hommes qui peine en France, le renouvellement des pratiques politiques et des idées, notre capacité à imaginer de nouveaux horizons, semblent aussi largement nous enkyster.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.