Une bonne idée pour Thomas Legrand

Offrir une radio aux sans-abris comme le font les Enfants du Canal, bien sûr…mais offrir une radio tout court. Je vous rassure, je ne vous fais pas une chronique conso avec ses idées de cadeaux pour sacrifier au marronnier journalistique de noël. C’est en tant qu’éditorialiste politique que je fais, ce matin l’éloge de la Radio. Et plus particulièrement de l’info à la radio parce que ce média (RMC, RTL, Europe1, France Info France Inter) est – à mon sens- un havre de crédibilité dans une monde où cette matière, l’infos (qui n’est pas une matière 1ère consommable brute)…l’info est produite maintenant, partout, n’importe comment et acheminée par des canaux les plus divers et les moins fiables. Nous sommes dans une guerre mondiale de l’info, et même, dans chaque pays, dans une guerre interne, menée par les réseaux sociaux et le tout-info. Il ne s’agit pas là d’opposer Internet et la modernité à la radio, ce vieux média indestructible. Il s’agit simplement de rappeler que la production d’information fiable est affaire de professionnelle et de pluralité. La crédibilité des médias n’a jamais –depuis la fin de la seconde guerre mondiale- était aussi faible. Une grande partie de la population mais aussi beaucoup d’hommes politiques respectables, chez nous, accordent par exemple (on l’a vu avec l’affaire d’Alep) autant de crédit aux médias français, divers et pluralistes, qu’aux médias russes, monolithes et sous la coupe du pouvoir. La campagne Trump aux Etats-Unis a aussi prouvé que la vérité était devenue, en politique, une opinion comme les autres.

Et en quoi la radio est spécifique ?

La radio en France, en particulier est spécifique. La France écoute plus la radio (pour s’informer) que tout autre pays. Les radios françaises ont encore des rédactions très fournies qui produisent de l’info recoupée, contextualisée, documentée. Nous ne sommes pas soumis, comme la télévision, à un audimat quotidien, et même minute par minute. Nos audiences (dont on sait se gargariser, c’est vrai) ne nous sont livrés que tous les 3 mois. Sans cette pression nous pouvons plus facilement mettre en place une politique de l’offre d’info, plutôt qu’une politique de la demande… Ce qui, en la matière, est plus satisfaisant. La radio est aussi un média d’intimité. On est au cœur de la vie des gens. Vous nous écoutez dans votre voiture, chez vous, sans que cela vous empêche de continuer d’avoir une autre activité. Notre parole est donc intrusive, elle se doit, pour être acceptée, d’être d’autant plus responsable. A cette époque où la vérité, recoupée, contextualisée, discutée et soupesée collégialement lors de conférences de rédactions, vaut autant qu’une info malveillante, volontairement ou non, déformée, mais simplement validée parce que likée des milliers de fois ou retweeter à l’envie, la radio, l’infos à la radio est plus que jamais nécessaire. Pour tout le monde et en premier lieu, afin de rester en contact avec la société, pour ceux qui sont le plus dans la détresse et l’isolement. L’info est une denrée vitale et fragile et potentiellement dangereuse. La radio est l’un de ses écrins le plus sûr. Voilà pourquoi il faut soutenir l’opération des enfants du canal.

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.