Les organisateurs de la manifestation contre le mariage pour tous ne désarment pas… Ils se réunissent ce matin pour réclamer, encore une fois, un referendum.

Oui, et cette revendication n’aboutira pas… non pas pour des raisons institutionnelles, comme le dit le gouvernement. La réforme de l’article 11 de la Constitution, initiée par Nicolas Sarkozy, n’est certes pas traduite dans la loi mais la majorité pourrait très bien terminer le travail. De plus le Conseil Constitutionnel ne pouvant pas annuler le résultat d’un referendum, on pourrait même considérer que le mariage entre dans le champ de l’article 11 tel qu’il est, sans trop de risques. Mais il n’aura pas lieu simplement parce que ce serait une très mauvaise idée de se lancer dans une grande controverse sanctionnée par un vote populaire sur un tel sujet. La nature des arguments avancés rend le débat potentiellement irrationnel et immaîtrisable. Aux arguments de droit des pros, les antis répondent par des arguments moraux, aux arguments juridiques des antis, les pros opposent des expériences personnelles, quand les uns parlent d’égalité les autres invoquent leurs convictions religieuses… ceux qui ont compris que mettre ses convictions religieuses en avant est contre-productif découvrent, tout d’un coup, des vertus aux arguments d’ordre psychanalytique. D’un côté comme de l’autre, chacun pense, soit être dans le cours de l’Histoire, soit défendre l’un des fondements de notre société. Les antis sont fortement suspectés d’homophobie et les pros d’être, au pire des invertis, au mieux complices d’un puissant lobby. Deux Frances minoritaires se caricaturent en se traitant d’horribles réactionnaires ou de bobos déconnectés. Les responsables de l’UMP sont tout à fait conscients du risque de désastre en termes de débat public. De plus un referendum sur le mariage homosexuel aurait toutes les chances de voir le « oui » gagner. Ce serait donc une opération hasardeuse pour la droite.

Alors pourquoi l’UMP soutient-t-elle cette idée ?

Parce qu’ils savent que ça ne se fera pas ! Seulement, réclamer un referendum c’est populaire. C’est ce que les sondages montrent. Pourtant s’il est bien une question étrange à traiter par sondage, c’est celle d’un referendum. Demander à des sondés (qui, par définition, acceptent qu’on leur demande leur avis) s’ils souhaitent ou non qu’on leur demande… leur avis dans un référendum c’est aussi absurde que de sonder les pizzaïolos sur l’interdiction des pizzas ! L’UMP soutient l’idée d’un referendum auquel personne ne croit et que, quasiment aucun responsable politique ne souhaite, simplement parce qu’en période de basses eaux, un mouvement d’opposition se recentre sur son noyau dur, politique, philosophique. La manif anti-mariage aura constitué pour des centaines de milliers de personnes un moment fort, une communion intense. Le sentiment qu’ils n’étaient pas qu’une poignée de conservateurs dépassés. Le peuple de droite existe, il a besoin de ses rites, de ses grands-messes, comme le peuple de gauche. Après avoir perdu toutes les élections depuis cinq ans, et s’être pitoyablement déchiré, l’UMP aurait tort, cyniquement, de ne pas accompagner un mouvement fortement identitaire de son camp, même quand il propose une absurdité politique comme un referendum sur le mariage.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.