Légalisation contrôlée du cannabis : le débat est lancé

Lancé... pas si sûr ! Pourtant l’affaire mériterait vraiment un débat parlementaire. Une proposition de loi de plusieurs députés dont certains de la majorité est prête. Il y a aussi un appel d’élus locaux, de médecins et de responsables politiques importants. Ce n’est pas la première fois que le débat est ouvert. On se souvient même que Daniel Vaillant, qui fut ministre de l’Intérieur de Lionel Jospin, en était arrivé à souhaiter la dépénalisation du cannabis. De nombreux policiers sont sur cette position. Dépénalisation, autorisation contrôlée, encadrée ou même organisée par l’Etat, les modalités précises ont leurs importances mais l’essentiel serait d’aborder cette question au Parlement. 

La prohibition du cannabis est-elle efficace ? Nous ne sommes aucunement dans un débat sur le droit à l’hédonisme. Non, maintenant il n’y a plus débat sur la nocivité du cannabis. Plus personne n’ose relativiser les dangers de ce qui reste une drogue. La question n’est plus là puisque cette substance est très consommée, presque même généralisée dans certains secteurs de la jeunesse, tous milieux confondus. Il est donc acté que la prohibition est tout simplement un échec dramatique à tous points de vue.

Mais la  légalisation viserait surtout à casser un système d’économie parallèle

Certains quartiers de nos villes sont maintenant sous perfusion du trafic de cannabis. Quartiers dans lesquels l’offre spirituelle est parfois l’islamisme, quand l’offre économique est le trafic. Les deux pôles dangereux de la vertu et du vice, conséquence de la ghettoïsation et de la crise réunies. La légalisation contrôlée réglerait bien des problèmes sécuritaires mais risqueraient d’en créer d’autres en détruisant l’économie souterraine qui irrigue bien des territoires. Seulement rien qu’à l’énoncé de la problématique, on comprend que le statu-quo, relativement confortable, est aussi précaire qu’indigne. 

Ne faut-il pas mieux, pour une démocratie, affronter les problèmes économiques et sociaux dans le cadre de la légalité que de tenter de les régler en maintenant un système de contrebande et de trafic ? La réponse est dans la question. Le débat a tout pour être passionnant. Mais il y a un gros doute sur les véritables intentions du Président ! Pourquoi laisse-t-il sa majorité ouvrir ce débat ? Est-ce pour trouver une solution ? Pour tenter de régler un problème ? Ou est-ce simplement pour occuper un terrain politique, simuler la modernité et le progressisme là où on ne peut pas (ou on ne souhaite pas) en offrir dans les domaines économiques et sociaux… Personne ne connaît véritablement l’opinion d’Emmanuel Macron sur la légalisation du cannabis. Et ce n’est pas l’histoire toute récente de LREM qui peut nous renseigner sur la tradition dans laquelle ce parti s’inscrit. 

Ce thème a déjà été tellement instrumentalisé, qu'on peut, à ce stade, vraiment se poser la question de la sincérité du débat ainsi posé. La majorité aura-elle vraiment le courage de le mettre à l’ordre du jour des assemblées ? Pour l’instant, PMA mise à part, cette majorité n’a su se montrer libérale que sur l’économie.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.