Oui, c’est mon boulot ! Après tout, il s’agit quand même du parti au pouvoir. Pour faire simple il y a la motion A, qui a pour objet de soutenir le gouvernement. Ce texte fait l’analyse que la mission principale de la gauche, par les temps qui courent, c’est de réindustrialiser la France. Et le texte fait le catalogue des mesures gouvernementales (CICE, Loi Macron)…en fixant des objectifs sociaux un peu plus ambitieux que ceux de l’exécutif…parce que, quand même, le PS est officiellement un parti de gauche. Le tout ne peut pas être non plus trop explicite puisque cette motion réunit M.Aubry et G.Colomb. La première voudrait plus de réformes sociales et le second, en finir avec les 35 heures et le CDI. Comme le dit F.Hollande « toute synthèse a un coût ». A l’évidence le prix de la synthèse partielle que représente la motion A, c’est la clarté et le sens. Mais en réalité… très peu de militants décortiqueront le texte. C’est la motion des légitimistes qui veulent juste soutenir le gouvernement.

Et la motion B, de Christian Paul que dit-elle?

Elle fronde et gronde. Elle rue dans le brancard en prenant bien garde de ne pas le renverser (le brancard). Sans être d’essence schismatique donc, elle prône une relance par la consommation et donc un changement de ligne économique. Ceux qui n’ont pas gouté le virage social-libéral voteront pour la motion B. La A dit « il faut retrouver la croissance pour redistribuer », la B dit « il faut redistribuer pour avoir la croissance ». Débat vieux comme la croissance que le PS rumine depuis 1983. Débat qu’il avait 10 ans d’opposition pour trancher plus clairement ! Il y a la motion C, folklorique, passons. Et puis la D. Cette motion fait tout un tas de propositions. Elle n’est ni pour ni contre le gouvernement. Henri Weber, l’un des plus fin connaisseurs des arcanes idéologiques et de la mécanique du PS appelle cette motion, la « motion maline ». Tous ceux qui veulent éviter le binaire A/B, trouveront bien avec l’une des propositions faite par Karine Berger (déménager le siège du PS en banlieue, ou instaurer un seuil de pauvreté écologique), une bonne raison de voter pour la motion D. Pour que F.Hollande et M.Valls soient à l’aise, il faudrait (ce qui semble acquis) que la motion A soit majoritaire. Et en même temps, si J-C Cambadélis devait être renversé, rien n’oblige le président à changer de cap. Ce qui compte, dans nos institutions c’est la majorité parlementaire, pas celle du parti du président. Après tout, notre système permet que celui qui a fait 5% à la primaire soit le chef de la majorité alors que celui qui a fait 17% est chef de rayon chez Habitat. Les rouages démocratiques des corps intermédiaires politiques sont dans un sale état. Ils ne retrouvent des couleurs que pour l’élection présidentielle. Entre les temps, pour intéresser le citoyen à la vie politique, il faut inventer et réinventer des combats de coqs plus ou moins épiques, avec un minimum de suspens. Celui-là, ben voilà… il oppose Jean-Christophe Cambadelis à Christian Paul…!

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.