En 2002, ils avaient créé la surprise en frôlant les 5% des voix, 4,23% très exactement. Les chasseurs ont à nouveau un candidat en 2007 : Frédéric Nihous. Il n'est pas énarque, il a quand fait un 3ème cycle en droit économique européen, il n'est pas parisien, c'est un Ch'ti à l'accent, qui vit aujourd'hui dans le sud ouest. Bref, c'est tout sauf un techno et il en est fier ! Frédéric Nihous 39 ans, d'origine polonaise est un chasseur. "Chasseur huttier et chasseur à la botte en gibier d'eau", les connaisseurs apprécieront, un chasseur dont toutes les biographies mentionnent qu'il commença à chasser un certain 17 août 83, il avait obtenu son permis la veille, et il se souvient encore parait-il, de sa première proie : un canard suchet. Frédéric Nihous, un chasseur sachant chasser et souhaitant chasser le gros million de voix acquis en 2002 par son prédécesseur gouailleur Jean Saint-Josse et perdu depuis, au fil des élections ? Oui, mais pour réaliser un tel tableau de chasse, la défense des "chasseurs" justement et de leurs dates d'ouverture et de fermeture de chasse ne suffisent pas. Frédéric Nihous aujourd'hui bat campagne au nom dit-il de la ruralité. La ruralité c'est quoi ? 20% des français explique-t-il qui vivent à la campagne, qui se vivent comme des citoyens de seconde zone et qui pâtissent au quotidien de la fermeture des services publics dans leur commune. A Beaudreix, où il vit lui dans les Pyrénées-Atlantiques, 550 habitants, "il y a rien" parait-il. Alors pour les courses, l'école, la perception, c'est la voiture et des kilomètres avalés chaque jour. Du coup, dans le programme de son parti "chasse pêche nature et tradition", 25 pages de propositions sur le développement économique des zones rurales ! Et à chaque fois, au fil des interviews donnés par Frédréric Nihous, un même exemple qui revient "mes impôts servent à payer le musée des arts premiers, mais moi je dois faire 5 km pour trouver un bureau de poste". Il y a tout là dedans : la défense des "culs terreux" contre les "parigots", la culture qui coûte cher et qu'il oppose aux autres services publics - un brin démago, mais il y a un potentiel électoral de 20% de voix à gagner ! Alors écolo mais pas bobo, "les verts font de l'écologie au salon" dénonce-t-il, "ni de droite ni de gauche", tiens ça nous rappelle quelqu'un, rural et béarnais d'adoption, décidément que de points communs ! Frédéric Nihous est certes le représentant d'un lobby, celui des chasseurs, mais curieusement, il est bien peu singulier dans cette élection. De François Bayrou à José Bové, en passant par Gérard Schivardi, il n'y a jamais eu autant de candidats qui se réclamaient de la ruralité. Alors, ce sera peut être la surprise du 22 avril, quand plus de 75% de la population française vit en ville, la tendance 2007 sera peut être furieusement rurale !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.