François Hollande revient du G20 en Australie où​il est apparu en fervent écologiste. Aurait-il eu une révélation ces derniers temps ?

C’est la grande question en effet. François Hollande est d’une culture industrialiste. La croissance à l’ancienne est l’alpha et l’oméga de son raisonnement. Néanmoins il prononce régulièrement de beaux discours aux accents écologistes. Par exemple, lors des conférences environnementales ou à l’ONU, en septembre dernier. Mais ce n’étaient​ que des discours, tenus en alternance avec d’autres, contradictoires, vantant les vieilles solutions voraces. Et puis… que s’est-il passé ? Tous les visiteurs récents de François Hollande le disent en pleine mutation écologiste. Est-ce une épiphanie ? Une vierge verte lui est semble-t-il apparue​ ! Le fait d’organiser la prochaine Conférence Climat en France, la rencontre avec de nombreux scientifiques alarmistes sur l’avenir de la planète auraient​ fini par le convaincre. Mais les « Hollandologues » les plus distingués, qui, depuis des années tentent de sonder les reins et le cerveau du président, ont encore des doutes. Est-ce que cette conversion est sincère ou simplement stratégique ? Finalement, si l’on est un peu écologiste, peu importe ! En politique, il vaut toujours mieux un responsable qui va dans le bon sens, même par pure tactique, qu’un responsable qui va dans le mur avec sincérité…

Jacques Chirac aussi sur la fin de son deuxième mandat ne parlait plus que d’écologie!

En réalité, quand vous dirigez​ un pays comme la France,​ la conversion écologique parait évidente. Nicolas Sarkozy a aussi fait le Grenelle de l’environnement qui n’était pas, au départ,​ son penchant naturel. Notre pays se cherche un nouveau modèle de développement, nous sommes des champions​ dans les domaines du transport, de l’énergie et des infrastructures,​ et nous prétendons depuis toujours porter un message universaliste ! La France est donc faite pour être un leader de la lutte contre le réchauffement de la planète. De plus, pour un président qui n’est même pas sûr de pouvoir se représenter en 2017, l’écologie est LA voie pour élargir sa majorité sans effrayer sa gauche ou les modérés. Et puis, si au bout du compte, il ne concourt pas pour un second mandat, il pourra toujours dire qu’il aura lancé des chantiers de long terme, qui porteront leurs fruits bien après son passage. La fameuse trace dans l’histoire. Donc on a toutes les raisons de croire en la réalité de la conversion écologiste du président. Mais ​

le problème, c’est qu’il donne encore des ordres contradictoires. Il demande, certes, à la Caisse des Dépôts de se concentrer sur le financement de l’économie verte et en même temps,​

il recule sur l’écotaxe. Et cette semaine,​ il vient d’autoriser Manuel Valls à reporter de 3 ans l’application de la réglementation thermique dans le logement. Réglementation pourtant prévue depuis le Grenelle de l’Environnement. Avant, François Hollande faisait des discours écologistes par pure tactique, maintenant il semble qu’il croit vraiment à ses propres discours… Il ne manque plus qu’une étape (celle qui lui est souvent reprochée) : qu’il passe à l’action…qu’il applique ses discours !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.