Emmanuel Macron multiplie les transgressions et poursuit sa marche vers une candidature en affirmant travailler à un programme présidentiel !

Oui, et ce matin il ajoute dans le Dauphiné qu’il n’est pas « l’obligé » de François Hollande… Il paraît limpide maintenant que le ministre de l’Economie est candidat. Il répète qu’il restera fidèle à l’homme François Hollande mais, dans le même temps, fait tout pour que l’on comprenne qu’il ne croit pas que le président puisse se présenter à sa propre succession. Macron avait dit qu’il ne serait pas Brutus, qu’il ne planterait pas un couteau dans le dos de François Hollande… visiblement il procède plutôt par l’acuponcture assassine, par le poison lent. Les solutions qu’Emmanuel Macron propose, le projet présidentiel dont il dessine tous les jours les contours à coup de transgression vis-à-vis de la politique menée par le gouvernent auquel il appartient, constituent une trajectoire pour lui et personne d’autre. Pour 2017 et pas pour plus tard. Dans l’entourage du ministre, on vous explique que le projet peut aussi être une plateforme législative ! Ce qui peut signifier Macron à Matignon en cas de large victoire d’Alain Juppé avec les voix de la gauche contre Marine Le Pen. Emmanuel Macron, depuis quelques mois, semble nous dire « François Hollande s’est laissé englué dans ses synthèses et a raté le coche de la modernisation, moi je suis prêt, d’ailleurs, vous voyez bien je casse les codes d’une politique au bout du rouleau ». Les caciques du PS estiment que la façon de faire d’Emmanuel Macon est inappropriée, qu’il ne représente qu’une bulle médiatique (c’est-à-dire, rien). Ils ont peut-être raison, au regard de la façon classique de faire de la politique, mais justement chacun constate que la façon classique de faire de la politique conduit (pour l’instant) à l’abstention et à un FN fort, répond-on chez Macron. Le ministre de l’Economie fait donc le pari de renverser la table… ou plutôt, de la débarrasser méthodiquement. Et à ce rythme il va bientôt secouer la nappe.

Pourquoi François Hollande ne réagit pas ?

Hier soir après avoir lu l’interview du Dauphiné, le président a appelé son ministre pour le sermonner… encore une fois. Le ministre a fait un communiquer adoucissant, encore une fois… François Hollande va peut-être finir par se séparer de celui qui fut quand même son principal conseiller économique avant de devenir son ministre de la chose… Mais il y a une citation de Napoléon que je n’ai pas retrouvée mais qui dit en substance ceci « en campagne si vous gardez vos généraux à l’intérieur de votre tente ils iront pisser dehors, si vous les renvoyez, c’est sur votre tente qu’ils viendront pisser »… le problème de François Hollande, en ce moment, c’est que son général, chargé de la bataille économique, est en train de se soulager sans vergogne au milieu de la tente présidentielle. Jusqu' aux dernières déclarations implicites de Macron sur sa candidature à l’Elysée pour 2017, François Hollande faisait dire que le mouvement de son ex-protégé pourrait constituer l’aile droite de l’éventuel grand rassemblement à gauche qu’il aurait pu essayer de construire en vue d’une réélection. Maintenant, la motivation d’Emmanuel Macron est trop claire. Ce sera l’un ou l’autre…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.