Emmanuel Macron détaille ce matin son plan banlieues… vous évoquez un rapport parlementaire consacré à la Seine-Saint-Denis

Oui, c’est un rapport de contrôle de l’action de l’Etat en Seine-Saint-Denis, effectué à la demande du député LR François Cornut-Gentille (élu de Haute-Marne) et effectué sous sa direction. C’est intéressant parce que vous connaissez le discours de Laurent Wauquiez sur le sujet : les banlieues seraient des puits sans fonds pour l’argent public. Laurent Wauquiez n’a pas besoin de citer la Seine-Saint-Denis, ce département représente tout ce qu’il fustige en creux : une urbanité déracinée qui serait l’objet de toutes les attentions d’un président des villes, hors sol. Il y aurait la France assistée et profiteuse, villes et banlieues oisives et indisciplinées, qui bénéficierait des sollicitudes et subsides de l’Etat... Et il y aurait les ruraux, cette vraie France laborieuse, qui, avec abnégation et sans se plaindre, ferait tourner le pays. France silencieuse à qui Laurent Wauquiez donnerait enfin une voix. C’est ça qui est pratique avec la "majorité silencieuse" : on peut lui faire dire ce que l’on veut ! Laurent Wauquiez a raison, la preuve : France Inter, forcement peuplé de bobos citadins germanopratins, raille le président d’Auvergne-Rhône-Alpes, une contrée campagnarde qui ne compte qu’un gros bourg nommé Lyon...

On s’éloigne du rapport, thème de la chronique...

J’y reviens... donc le député LR Cornut-Gentille a travaillé et produit un rapport qui pointe quelques vérités de terrain, loin des idées reçues du chef de son parti ! La Seine-Saint-Denis est en fait largement sous financée. Le député s’est intéressé aux trois piliers de la République : la sécurité, la justice et l’éducation. Il démontre que pour la justice et la sécurité, le département le plus jeune est aussi le moins bien doté (par habitant) en nombre de policiers, juges et autres greffiers. Les délais de la justice y sont plus longs et les infrastructures de la police plus vétustes qu’ailleurs. Si dans l’éducation, les effectifs sont théoriquement équivalents, la réalité est contraire. L’absentéisme et le turnover des profs surmenés (souvent débutants) sont largement plus importants que partout en France. Le nombre d’heures de cours est donc plus faible. De ce fait, les spécificités de zonage (REP+ ou classes dédoublées) perdent beaucoup de leur efficacité. Le département qui offre le plus de médailles à la France aux JO est aussi le moins bien doté en équipements sportifs de masse, toujours par habitant. Le député LR souligne donc une situation largement inégalitaire subie par la Seine-Saint-Denis ! L’Etat ne sait même pas, à 20 ou 30 % près dit-il, combien d’habitants peuplent ce département, premier réceptacle de l’immigration. Alors que l’on attend ce matin le discours d’Emmanuel Macron, ce rapport rappelle qu’il ne s’agit pas, en fait, de trouver les moyens de faire plus pour la banlieue mais simplement d’y faire autant (par habitant) que pour le reste du pays. Auvergne-Rhône-Alpes compris.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.