Le traité d’Aix-la-Chapelle : les piégés du cercle de la raison…

Marine Le Pen, avec un aplomb redoublé, Nicolas Dupont-Aignan avec une maitrise du mensonge, un cynisme glaçant, ont franchi un cap dans l’art de manier les fake-news. Le traité d’Aix-la-Chapelle, par lequel la France et l’Allemagne réaffirment leur coopération culturelle, scientifique mais aussi leur volonté de défendre des positions diplomatiques communes, le plus souvent possible, est d’un classique achevé et d’une ambition toute relative. Rien à voir avec les délires sur la vente de la souveraineté de la France à la découpe ni sur la cession de l’Alsace/Lorraine aux Prussiens. Le renforcement du traité signé par de Gaulle relève même plus de la conception des coopérations bilatérales entre les nations souveraines, telles que le prône Marine Le Pen depuis qu’elle a décidé d’être souveraino-gaulliste. Voilà donc une manip’ grossière comme on pensait qu’elles n’existaient que sur les sites conspirationistes, dans des vidéos anonymes, avec la grosse voix suspicieuse qui dit toujours à la fin quelque chose comme ‘un hasard ?mmm ! je ne crois pas !’. Hé bien maintenant, ce sont des élus nationaux qui le disent !

Et ceux qui veulent rétablir la vérité sont piégés ?

Oui parce qu’en tentant de démonter le mensonge comme le fait l’ensemble de la presse dite ‘maintream’ depuis quelques jours, comme vous, Léa Salamé (fait-on plus mainstrean?) hier matin devant Jordan Bardela qui donnait à son avis un statut de faits et aux faits que vous énonciez un statut d’avis (officiel en plus !), nous nous situons de facto, dans l’horrible cercle de la raison. Nous voilà enfermés, dans le sac de ceux qui sont présentés comme les sachants, les technocrates, les européistes, ceux qui biaisent le débat par leurs dogmes libéraux, les TINA, ‘there is no alternative’. Quand nous rappelons ce qu’il y a dans un traité anodin, par définition, nous parlons comme le gouvernement. Le piège est là ! Nos propos sonnent comme des éléments de langage. Il suffit donc, pour les démagogues, qui se nourrissent de la défiance envers ledit ‘système’, de prendre une action gouvernementale des plus banales, comme un traité formel, quasi protocolaire, de lui accoler de terribles et démoniaques conséquences cachées, des intentions sournoises, pour disqualifier les commentateurs que nous sommes. Nous voilà obligés de démentir l’absurde, de dire qu’en signant les accords de Marrakech ou le traité d’Aix-la-Chapelle, le président ne fait rien de conséquent, donc rien de grave… donc ne trompe personne : nous voilà les porte-paroles officiels du pouvoir. Le piège est simple, comme les meilleurs pièges. Mais nous ne sommes pas les seuls pris dans ce vulgaire collet de braconniers politiques. LFI, par exemple, qui veut débattre légitimement de l’orientation libérale de l’Europe, aura plus de mal à se faire entendre, à créer les conditions d’un vrai débat, coincée par cette alternative entre un faux absurde et un vrai marqué de l’infamie officielle ! Ironie du sort… voilà les Insoumis piégés, comme les journalistes qu’ils ont (il fallait y penser avant) contribués à décrédibiliser. La vérité et le débat sincère sont un combat de tous les jours… loin d’être gagné !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.