L’impopularité d’Emmanuel Macron est d’une facture différente de celle de ses prédécesseurs. Car oui, tous les Présidents (sauf peut-être Georges Pompidou mort assez tôt) ont connu les affres de l’impopularité - De Gaulle, jusqu’à manquer de se faire assassiner.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron © AFP / Ludovic Marin

Nicolas Sarkozy et François Hollande ont été les premiers chefs d’État sous quinquennat et Internet, donc proies de l’accélération du temps politique, des popularités et impopularités augmentées, mais aussi premiers Présidents d’une France soumise à ce point à l’interdépendance globale, et donc moins maîtresse de son destin.

Sarkozy et Hollande ont donc été les présidents d’une certaine impuissance publique

Ils avaient d’ailleurs été élus sur la promesse de retrouver les vraies manettes du pouvoir, pour nous sortir enfin d’une crise qui paraissait infinie. 

Puis est arrivé Emmanuel Macron. 

"L’impuissance, disait-il, c’est le clivage gauche/droite qui induit une action hémiplégique." 

Ce discours lui a permis d’être élu mais pas longtemps populaire !

Oui, le dépassement de vieux clivages ne marche pas à l’usage parce que le Président n’a pas su en imposer un plus pertinent. La démocratie c’est le choix, il faut bien un clivage ! 

Progressiste VS nationaliste ? 

Emmanuel Macron ne le revendique même plus. Sans clivage, pas d’identité politique. 

LREM n’a toujours pas réussi à formuler son but dans la vie !

Quelle société veut-elle ? Qui sont ses grandes figures ? 

Dès lors, puisque ses projets de réforme ne se raccrochent à aucune lignée revendiquée, ils apparaissent comme autant de tentatives d’adaptation à un monde dérégulé et constituent même, aux yeux de beaucoup de Français, une remise en cause venue d’en haut, sans légitimité. 

Comme si, en 2017, on n’avait rien demandé d’autre à Emmanuel Macron que de nous éviter Marine Le Pen. 

Ceux qui n’aimaient pas Nicolas Sarkozy, sa personnalité, sa politique, savaient qu’il était de droite. Ils connaissaient le passé de son camp et son projet. 

Il était le représentant d’une tendance que l’on savait lire. Tout ce qu’il disait venait aussi d’une histoire, d’une vision du monde bien identifiée. 

Pareil pour François Hollande. On pouvait considérer qu’il ne représentait pas bien la gauche ou, vu de droite, qu’il la représentait trop bien.

L’impopularité de Nicolas Sarkozy ou celle de François Hollande ne pesait pas que sur leurs frêles épaules, elle était, pour beaucoup, supportée par leur camp. 

Il n’en est rien pour un homme seul, désaffilié. 

C’est donc lui, lui seul, qui porte la responsabilité de tout. Si ses réformes ne sont d’aucune lignée, alors, elles ne viennent que de lui ou de ceux (en haut) qui y ont intérêt. 

Et comme sa jeunesse, son assurance, lui font tout assumer crânement, il paraît arrogant et génère plus que de l’impopularité : une forme préoccupante de détestation. Comme on déteste le bon vouloir. 

Revoilà notre penchant régicide, combinaison paradoxale de soif d’un État fort et de haine du pouvoir personnel. 

Pour s’en sortir, Emmanuel Macron doit faire de la politique, au sens idéologique du terme. 

Définir un but clair. Les prochains thèmes de l’écologie et de la laïcité qu’il entend traiter en seront l’occasion ! 

En politique, mieux vaut être approuvé qu’aimé, désapprouvé que détesté. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.