Près de 7 millions de voix ! François Bayrou a rassemblé dimanche près de 7 millions d'électeurs ! Et depuis hier, le président de l’UDF et ses 7 millions sont l'objet de toutes les convoitises. Transformer le plomb en or ; le plomb de la grenaille électorale dont il a essuyé ses adversaires pendant la campagne, en or politique. Faire fructifier son magot électoral en trésor de guerre pour reconstruire l'avenir. François Bayrou est face à un sacré défi au lendemain de ce premier tour. Oh, il n'a pas mis longtemps à ravaler l'amertume de la défaite, car lorsqu'il a compté ses 6 millions 880 000 voix, il a vite pensé qu'il serait, sinon l'élu, au moins celui qui adouberait. Il s'attendait d'ailleurs à recevoir très vite des signes, "je jubile et je me gondole", confiait-il dimanche soir. Hier ce ne sont pas de vagues messages que les 2 finalistes lui ont adressés, mais des signaux de détresse aussi visibles qu'un phare en pleine mer. Ségolène Royal a proposé l'ouverture d'un débat public et transparent pour parler des points de convergence possibles sur des valeurs précises a-t-elle dit, comme l'Europe ou l'état impartial ; elle a laissé un message sur le portable de François Bayrou. Nicolas Sarkozy s'est voulu moins "cash" comme on dit aujourd'hui, refusant a-t-il asséné "le marchandage politicien", mais affirmant néanmoins être à son tour de "candidat de l'ouverture, de l'ouverture d'esprit". Quelques plus ou moins discrets missi dominici s'activent en coulisses pour expliquer aux élus UDF, ce que cela signifie en termes d'investitures aux législatives ou de maroquins ministériels, l'ouverture d'esprit. Ah, être au centre du jeu, être au centre de toutes les convoitises, au centre tout court, François Bayrou doit savourer ce moment précieux. Mais il n'a peut-être pas intérêt à jubiler trop longtemps, car il y a urgence à préparer l'après. Doit-il d'abord donner une consigne de vote ? L'ex candidat apportera la réponse demain mais elle est induite dans sa campagne ; faire de la politique "autrement" comme il l'a plaidé, s'accommode mal de l'instinct de propriété dont il pourrait faire preuve en donnant un ordre à ses électeurs. Choisir un finaliste plutôt qu'un autre lui aliénerait immédiatement l'autre partie de ces mêmes électeurs. Enfin, se commettre avec un camp plutôt qu'un autre signerait immédiatement la fin de l'aventure d'indépendance dans laquelle il s'est engagé. Doit-il répondre aux messages de Royal ou/et de Sarkozy ? Il va lui falloir jouer serré s'il ne veut pas être accusé de négocier le bout de gras entre deux tours, mais difficile également de se dérober complètement. La candidate socialiste lui a peut-être d'ailleurs tendu un sacré piège en lui offrant ainsi un dialogue public En fait François Bayrou rêverait de sauter ce second tour, comme on joue à saute mouton, et passer directement au 3ème. Le 3ème, la constitution de son nouveau parti du centre, la grande force démocrate qui doit le mener jusqu'à 2012. D'ici là, il faut juste qu'il retienne tous ses amis autour de lui et qu'il retrouve tous ses électeurs aux prochaines législatives. Pour que l'or électoral de la semi-victoire à la présidentielle ne se transforme point en plomb d'un fusil à un seul coup.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.