Vous revenez ce matin sur la polémique autour d’Ali Soumaré, la tête de liste socialiste aux Régionales, dans le Val d’Oise.L’UMP, (en réalité une petite partie de l’UMP très mal inspirée) vient de faire un beau cadeau politique aux socialistes. Non pas tant en se trompant et en accusant partiellement à tort Ali Soumaré mais, plutôt et paradoxalement, en soulignant ce qui est vrai, c'est-à-dire que, il y a longtemps, dans une autre vie, une vie de laquelle il a voulu sortir, une vie de laquelle il faudrait sortir nombre de jeunes de quartiers dits « difficiles », il a fait des bêtises ! Et oui ! un jeune de banlieue qui a fait des conneries peut s’en sortir. Francis Delattre, Sébastien Meurant et Axel Poniatowski, qui ont traité Ali Soumaré de multi récidiviste, ont peut-être en partie débloqué une situation politique qui embarrasse la gauche depuis des années. Le problème du PS était le suivant : comment faire pour que la grande masse d’électeurs potentiels, les jeunes habitants des quartiers, décide d’essayer de changer les choses en s’impliquant dans la vie publique, comment canaliser et réorienter les énergies. Les partis, de tous bords ont tout tenté pour enrôler ces jeunes qui représentent une force, une vitalité incroyable, un potentiel créatif, un gisement d’avenir toujours dénigré et caricaturé, traité de délinquant, justement. La gauche en particulier sent bien qu’il y a là, pour elle, les troupes et les cerveaux du futur. Mais cette jeunesse se détache de tout ce qui ressemble de prés ou de loin à une institution. Les émeutes de 2005 ont dit tout ça. Ceux qui, parmi ces jeunes, ont le plus envie de participer à la vie de la cité et de s’en sortir ont, généralement, une vision très sombre des partis politiques qu’ils rangent tous dans le même sac. Et ce « même sac » c’était le drame de la gauche. Ségolène Royal avait, pendant la campagne, réussi, c’est vrai, à se forger une vraie popularité dans les quartiers mais ça ne s’était pas traduit dans les urnes. Les trois gros lourdingues de l’UMP, auxquels il faut ajouter le prévisible Frédéric Lefebvre viennent peut-être de débloquer une partie de la situation. Avec cette histoire, la jeunesse des banlieues pourra se dire qu’il y a une différence entre la droite et la gauche… même si tout ça est un peu injuste pour la grande majorité des colistiers des gaffeurs de l’UMP, qui désapprouvent les accusations contre la tête de liste PS du Val d’Oise. Ali Soumaré a donc bien été délinquant dans sa jeunesse, il le reconnaît lui même !Oui, même si une partie de ce que lui reproche l’UMP est, en réalité le fait d’un homonyme, Ali Soumaré reconnaît avoir été condamné. Qui peut dire, s’il avait grandi et vécu là où a grandi et vécu Ali Soumaré, s’il aurait été impeccable pendant toute sa jeunesse. Cette affaire est une caricature affligeante de ce que la droite était, il y a encore quelques années et est encore parfois. On a bien vu, dans le malaise de Chantal Jouanno ou même de Valérie Pécresse, que la ringardise absolue a quand même du mal à passer, et c’est heureux. Mais le comble de la caricature vient de la dénonciation de monsieur Axel Poniatowski. Nous avons là deux mondes, l’ancien et le nouveau, qui se font face. Axel Poniatowski est un héritier. Issu d’une grande famille de politique et une lignée de pouvoir, il est lui-même homme politique respectable et sans problème. D’ordinaire modéré, il a joué cette fois le rôle du bon bourgeois arrivé par la naissance qui fustige le manant prétendant entrer dans un monde qui n’est pas fait pour lui. Ali Soumaré est citoyen, il est éligible et il se présente à une élection avec le programme de son parti. Il ne sera plus très difficile, après cette affaire, pour les militants socialistes d’arpenter les quartiers en expliquant qu’UMP et PS, ce n’est pas pareil. Voilà le grand cadeau que les quelques représentants d’une droite d’héritiers et de propriétaires, une droite heureusement en voie de disparition et désavouée par la tête de l’UMP, viennent d’offrir au PS.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.