Oui, vous vous souvenez de cette expérimentation qui visait à tester des outils pédagogiques, dans 200 écoles primaires à travers la France. Il s’agissait de lutter contre les stéréotypes fille/garçons qui s’installent dès le plus jeune âge. Ces outils avaient été stigmatisés par des associations conservatrices, souvent religieuses, catholiques ou musulmanes, comme étant des objets de propagande homosexuelle ou comme étant l’émanation de la théorie du genre. Des rumeurs délirantes concernant l’application de ces abcd avaient effrayé des parents d’élevés et abouti à l’organisation, par des activistes intégristes, et via les réseaux sociaux, à deux journées de retrait volontaire des enfants de l’école. Farida Belgoul, leader du mouvement du retrait a, depuis, créé une association qui promeut l’éducation dans des établissements hors contrat, ou à la maison. Ce mouvement a opéré un singulier rapprochement entre des groupes traditionalistes catholique et des militants d’une forme d’islamisme radical. Christine Boutin et Farida Belgoul bras dessus, bras dessous…Une alliance des obscurantismes à laquelle il serait, bien sûr, désastreux de céder une once de terrain idéologique.

Et justement un article de l’Express.fr ce week-end a révélé que le gouvernement n’allait pas généraliser les ABCD de l’égalité

Laissant croire à une reculade devant Farida Belgoul. Alors, renseignement pris, Benoit Hamon, explique que les abcd avaient cristallisé un combat absurde entre militants intégristes et défenseurs des droits des homosexuels. Il ne s’agit pas de renvoyer dos à dos des obscurantistes liberticides et des associations qui luttent contre des discriminations, mais bien de retirer sous les pieds des belligérants le tatami de leurs vaines bagarres. Exit donc les abcd. A cause de la puissance des réseaux sociaux, parfois parfaits vecteurs de la désinformation et de la rumeur, la notion même d’expérimentation pédagogique devient périlleuse. Une « expérimentation sur nos enfants » et sur de tels sujet devient l’objet de suspicions « conspirationnistes ». Benoit Hamon ne généralisera donc pas les ABCD de l’égalité au risque de donner l’impression de capituler. Mais, assure-t-il, « c’est pour revenir plus fort ». L’égalité des sexes, la lutte contre les stéréotypes et l’apprentissage du respect mutuel, fera dit-on au ministère, parti de la formation des professeurs mais aussi des programmes scolaires dans le socle commun des connaissances et des compétences… Conclure d’emblée que le gouvernement aurait cédé sur l’ABCD serait offrir une victoire trop facile à Farida Belgoul et aux intégristes de tous poils. Mais l’apprentissage de l’égalité entre les sexes n’est pas une affaire privé, ce n’est pas une opinion. C’est comme apprendre que voler c’est mal ! Seulement pour faire passer toute impression de reculade (et sachant que sur plusieurs dossiers sociétaux comme la loi famille, François Hollande n’a pas voulu pousser les feux) il faut que les abcd de l’égalité soient vraiment remplacés par une affirmation forte ! Des précisions sur les programmes à venir seront données par le ministre de l’éducation début juillet. Attendons-les pour nous faire une opinion.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.