Le Vatican édictait il y a quelques jours, une liste de "nouveaux péchés", "la Terre tu ne pollueras pas, des manipulations génétiques tu te garderas". En ce lundi de Pâques, quelques nouveaux commandements pourraient bien être décrétés. Ce lundi de Pâques clôt une séquence municipale et cantonale qui pourrait en effet inspirer quelques commandements, plus laïcs d'ailleurs que pieux. Exemple : "Quand tu perdras les élections, dans l'opposition tu resteras." Car franchement, a-t-on jamais vu pareille désertion ? Alain Rousset, tête de liste socialiste à Bordeaux, mène le combat pendant des mois contre le maire sortant Alain Juppé, entrainant avec lui, on peut l'imaginer, des gens qui croient en lui, en ce qu'il défend, en son programme. Mais au soir du premier tour, le verdict tombe : Alain Juppé est réélu avec 56% des voix. Et bien Alain Rousset ne fait ni une ni deux, avec 4 de ses co listiers, il démissionne du conseil municipal. Son directeur de campagne explique "qu'ils se sont battus pour gérer la victoire, pas pour être dans l'opposition". Disparu Alain Rousset ! Je vous rassure, pas complètement, il se trouve qu'il est aussi président de la région Aquitaine, ceci explique peut être cela. Dominique Perben à Lyon fait le même calcul. Perdant, il abandonne le navire de la droite lyonnaise. Après moi le déluge ! Françoise de Panafieu, visiblement éprouvée par sa défaite parisienne, lâche elle aussi la barre. Variante du commandement précédent à l'attention des vainqueurs cette fois : "Quand tu te présenteras, dans ton fauteuil tu resteras". François Hollande, tête de liste dans sa bonne ville de Tulle pour se succéder à lui même, n'a pas eu le temps de savourer sa victoire. A peine élu au premier tour, déjà démissionnaire lui aussi, mais pour être Président du conseil général de Corrèze. Ah la Corrèze, symbole de la chiraquie à terre, ça valait bien un petit tour de bonneteau électoral pour François Hollande. Les tullistes croyaient l'élire, ils ont son attaché parlementaire à sa place ! Commandement inverse, "D'un seul fauteuil, tu te contenteras." Ca, c'est l'injonction des Verts à Dominique Voynet, toute nouvelle maire de Montreuil, par ailleurs déjà sénatrice de Seine-Saint-Denis. Or les statuts des Verts sont formels, impossible de cumuler un exécutif d'une ville de plus de 100 000 habitants et un mandat parlementaire. Mais Dominique Voynet rechigne à rendre son fauteuil du palais du Luxembourg, agacée de ce couperet alors qu'elle apporte une victoire en or à un parti passablement décimé. Eh oui, mais la louable intention d'interdire le cumul afin de brasser la vie politique française ne saurait être juste en cas de défaite et injuste en cas de victoire. Dominique Voynet tout comme le socialiste Arnaud Montebourg pourront toujours méditer "dans ta bouche, 7 fois ta langue tu tourneras", car celui qui fut le hérault de l'anti cumul, réussit l'exploit d'être élu président du conseil général de Saône et Loire et de garder son mandat de député, en justifiant sa volte face par "l'émasculation de l'assemblée nationale par le pouvoir en place". Il fallait le trouver. Autant de laiques injonctions qui démontrent que cette séquence électorale a donné lieu parfois à quelques tromperies démocratiques, des tromperies qui ont pour conséquence graves, d'assécher le renouvellement démocratique. Une tromperie d'ailleurs renforcée par le fait que le cumul d'un mandat local et d'une fonction de ministre est désormais autorisé par Nicolas Sarkozy. Si Xavier Darcos va pouvoir se consacrer entièrement au ministère de l'éducation nationale, tous les autres ministres vainqueurs, à l'exception notable de Christian Estrosi vont devoir TOUT faire : travailler 24H sur 24 à ne pas "ralentir le changement" comme le leur a expressement réclamé Nicolas Sarkozy. Et le reste du temps, assurer leur job de maire. Trop fort. Allez finalement, un seul commandement pourrait servir de viatique à tous "maire, ou ministre, à ta parole de candidat tu te tiendras." Promis ce sera pour les prochaines municipales.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.