Deux sondages ont été rendus publics sur la question du nucléaire. Ils permettent d’avoir une petite réflexion sur les sondages en général et aussi sur le nucléaire. Le premier sondage a été effectué par nos amis de la SOFRES pour le compte d’EDF. Le second a été réalisé par nos amis (on a que des amis chez les sondeurs!) de l’IFOP pour le compte d’Europe-Ecologie-Les Verts ! Rendez-vous compte la chance qu’on a ! On ne pouvait pas espérer plus limpide comme cas d’école. A soumettre à tous les étudiants en communication ou en sciences politiques. La même semaine, un sondage commandé par les producteurs de nucléaire et un autre par ceux qui le combattent ! C’est un peu comme si le grand méchant loup et le petit chaperon rouge commandaient chacun un sondage pour déterminer la fin de l’histoire et le sort de la Mère-grand ! Que croyez-vous qu’il arriva ? Les deux sondages disent l’inverse… Mais pour autant ils ne sont pas contradictoires. Ils sont tout simplement bien tournés, chacun dans leur genre. La question posée par la Sofres et EDF est la suivante : « êtes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable, pas du tout favorable à la demande des écologistes d’abandonner la production du nucléaire en France ? » La réponse des sondés est conforme à ce que le client EDF attend : total défavorable : 55%, total favorable à l’abandon du nucléaire : 42%. (Remarquez bien, la question ne dit pas favorable « à l’arrêt » ni « à la sortie » du nucléaire mais « à l’abandon »). Selon EDF, les Français sont contre la proposition des écologistes ! Tournons-nous maintenant vers le sondage IFOP, commandé et payé par les Verts : voici la question : « Souhaitez vous que…(3 possibilités) la France poursuive son programme nucléaire et construise de nouvelles centrales, arrête progressivement sur 25 ou 30 ans son programme nucléaire, arrête rapidement son programme nucléaire… ?" Et là…incroyable ! Le résultat est inverse !Oui, 51% des Français répondent qu’il faut arrêter en 25 ou 30 ans, 19% souhaitent l’arrêter rapidement et 30 % seulement veulent la poursuite du nucléaire. Donc, une très large majorité veut que la France aille vers la sortie du nucléaire si on le lui demande comme ça. Vous l’aurez compris, tout est dans le libellé de la question. On le sait, c’est un classique mais pour une fois on avait l’exemple parfait sous les yeux. EDF laisse entendre aux sondés que les écologistes sont pour un arrêt brutal et les écologistes formulent une question détaillée, dans laquelle il est précisé que l’arrêt du nucléaire serait lent et progressif mais l’alternative qu’ils soumettent aux sondés, c’est de poursuivre le programme et de construire de nouvelles centrales dans une formulation un peu angoissante... Ces questions concoctées par les sondeurs pour leur clients sont évidemment un brin manipulatoires. C’est particulièrement visible quand on a les deux sondages sous les yeux. Il ne faut pas en conclure que les sondeurs sont malhonnêtes et que tout ça ne veut rien dire. Ce sont aussi des commerçants et tout ça est, au contraire, très instructif. Il ne faut donc pas arrêter de lire les sondages mais il faut les lire tous et les comparer. En l’occurrence ces deux sondages sont complémentaires et nous indiquent que le débat sur la sortie ou non du nucléaire (débat qui n’a jamais eu lieu en France ou le nucléaire est classé au rang des spécialités identitaires du pays au même titre que le fromage ou le TVG)... Donc, que le débat sur la sortie ou non du nucléaire mérite d’être mené.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.