Ce sondage devrait faire réfléchir, ceux qui fustigent une imaginaire théorie du genre, ceux qui font la chasse aux livres pour enfants afin de ne pas rater le train d’une révolution culturelle et conservatrice qui serait en marche dans le pays. Ce train est un train fantôme. Les catholiques de France sont beaucoup moins conservateurs ou réactionnaires que les mégaphones des réseaux sociaux et de l’info continue le laisse penser. C’est normal, les réactionnaires réagissent… c’est marqué dessus. On les entend donc plus que les autres, surtout quand la gauche est à la fois au pouvoir et faible ! En réalité les catholiques (qui ne se confondent pas forcement d’ailleurs avec la droite) se disent à 90% favorable à l’IVG, 54% favorable au mariage homosexuel (contre 61% de l’ensemble des français). L’institut BVA distingue les catholiques pratiquants réguliers (37% favorables au mariage gay), pratiquants occasionnels (51% favorables), et les catholiques non pratiquants (58% favorables). Et ces chiffres sont en lente mais constante progression.Mais en distinguant, catholique pratiquants, occasionnels et non pratiquants est-ce qu’il est vraiment pertinent de parler de l’opinion des catholiques ? C’est effectivement une question. La France est un pays de tradition chrétienne : les sédiments de l’histoire judéo-chrétienne ont d’ailleurs alimenté la philosophie des lumières. Mais qu’est ce que ça recouvre aujourd’hui ? C’est impossible à évaluer. La grande majorité de la population à qui on soumettrait un questionnaire sur ses origines pourrait s’auto-définir comme catholiques, musulmans, juifs, protestants, en ayant plus ou moins la foi, en étant agnostique ou même athée. Presque tout le monde peu répondre à la question de ses origines religieuses et se placer dans une case, mais -toutes religions confondues- il n’y a que entre 4 et 8% de pratiquants en France ! Est-ce que l’appartenance religieuse ou culturelle pèse plus que les conditions sociales, le lieu d’habitation, le type d’environnement, urbain, péri urbain ou rural dans lequel on vit ? Non ! Ainsi, par exemple, on a beaucoup dit que les musulmans avaient massivement voté à gauche aux dernières élections générales. Mais de qui parle-t-on ? Les musulmans ont plus voté à gauche, à cause sans doute d’une défiance conjoncturelle envers l’UMP, due à son ton "droite identitaire" depuis 2010… En réalité (et si l’on met le FN à part pour des raisons évidentes) les musulmans ont voté comme les catholiques, juifs et protestants de leur condition de classe moyenne et populaire urbaine, dans laquelle ils sont largement représentés. Au total, tout comme les islamistes qui font peur sont très loin de représenter la masse de ceux qui se disent musulmans… les bruyants catholiques conservateurs de la manif pour tous (qui font masse quand ils se retrouvent tous sur le pavé) son très loin de porter la parole de ceux qui se disent catholique en France. Finalement le principal enseignement de cette enquête, c’est que le poids des églises d’aujourd’hui, le poids du dogme religieux est très marginal en France. Et le fait que Christine Boutin fasse plus de bruit qu’Alain Juppé ne change rien à cette réalité idéologique et sociologique.

► ► ► LIRE | Le sondage BVA pour le Parisien

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.