Comment réduire les dépenses d'assurance maladie? Eternelle question... Les propositions du directeur de la CNAM hier n'ont pas franchement convaincu, elles ont même provoqué un tollé. Il y a des questions simples dans la vie. Comment réduire un déficit ? En réduisant les dépenses, c'est une des possibilités, si on ne réfléchit pas à celle qui consiste à augmenter les recettes. Qu'est ce qui coûte cher dans l'assurance maladie ? La maladie figurez-vous ! Voilà, il suffit de faire disparaitre la maladie pour faire disparaitre la dépense ! Bon, comme ce n'est pas tout à fait possible, et bien décrétons que finalement la maladie en question n'est pas si grave, et que le malade peut bien prendre en charge une partie du coût de ses soins. On passe ainsi d'un déficit annoncé de 6 milliards d'euros l'an prochain à 3... Houdini n'aurait pas fait mieux comme tour de passe passe. C'est, schématiquement résumé ce qu'a proposé hier le directeur des caisses d'assurance maladie Frédéric Van roeckegem, provoquant un véritable tollé - polémique surtout, son idée de s'attaquer aux affections dites de longue durée, en les prenant moins en charge, en revenant aussi sur leur définition. Alors, les malades ont déjà beaucoup supporté, franchises, vagues de déremboursement, mais là, il y a quand même des limites à ne pas dépasser. Les associations de diabétiques notamment, le diabète cette maladie silencieuse visée par les propos de Van Roeckegem parce que c'est quand même un peu difficile de s'attaquer au cancer ou au sida, sont montés au créneau pour démontrer que oui, comme ça, en bas d'une facture, le coût annuel du diabète ça fait peut être beaucoup, mais que si on ne rogne QUE sur les médicaments de confort, et bien ça ferait "peanuts" comme économie à la fin, mais qu'en revanche, ça pourrait coûter très cher. Les associations se battent en effet depuis des années pour une meilleure observance de la prise des médicaments - une mauvaise hygiène médicamenteuse peut entrainer des complications très graves, cécité, amputations, dialyse rénale - des coûts faramineux en perspective pour des économies de bouts de chandelle ! Moins rembourser des médicaments de confort, c'est être sûr que certains s'en passeront désormais... Bref, non seulement on ne responsabilise pas le malade, mais on le culpabilise ! Une réussite totale quoi! Alors pourquoi ces propositions ? Et bien parce qu'il faut quand même trouver de l'argent pour faire des économies et que 10% des personnes en Affections longue durée représentent à elles seules 80% des dépenses de l'assurance maladie... un gouffre ! Mais pour l'instant, personne ne sait si les propositions de Rocky, oui, c'est le petit nom de Van Roeckegem dans le milieu, sont de la provoc, un ballon d'essai, une immense "connerie", c'est une citation, ou un jeu de billard à 3 bandes. Vu la façon dont le gouvernement a très vite fait machine arrière sur la question, tout en laissant une porte entre ouverte à des prises en charge supplémentaires par les mutuelles comme l'a indiqué hier soir Roselyne Bachelot, on se dit que tout est encore possible. "Soit Rocky a sorti un truc énorme et provocateur en se disant qu'au final, il avaliserait des remèdes moins drastiques", émet comme hypothèse un des acteurs du système de soins ; "soit ils essaient de nous faire passer autre chose en douce, et autre chose, c'est évidemment l'idée du bouclier sanitaire", c'est-à-dire une sécu à plusieurs vitesses, où il vaut mieux être riche, en bonne santé avec une bonne mutuelle que pauvre et malade." Roselyne Bachelot a promis hier des décisions autour du 15 juillet - au coeur chaud de l'été, en pleine démobilisation estivale. Après la valse en 3 temps sur le remboursement des lunettes en avril dernier, 1 pas en avant, 2 en arrière, c'est à se demander si le gouvernement n'est pas atteint lui aussi d'une ALD, affection longue durée du ballon sonde.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.