Polémique entre Gérald Darmanin et Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg, sur le financement d’une mosquée.

Oui, en politique, il y a les démineurs et il y a ceux qui posent les mines. Gerald Darmanin a décidé d’être un poseur de mines en terre écologiste. Après les cantines végétariennes à Lyon, voilà qu’il s’en prend, frontalement, par tweet, à la maire de Strasbourg. Le conseil municipal a voté une aide au financement d’une importante mosquée. En Alsace et en Moselle subsiste le Concordat, institué par Napoléon. En 1918, les élus de ces territoires redevenus français ont souhaité (bizarrerie institutionnelle) garder le statut concordataire, qui stipule que les autorités publiques participent au financement des cultes. Ainsi Strasbourg a dépensé 22 millions depuis 2008 pour aider les différentes religions. Il se trouve que la mosquée en travaux depuis 2017, sans que le préfet n’ait rien à redire, est soutenue par une fédération (proche de la Turquie) qui n’a pas souhaité signer la charte des valeurs de la République prévue par la loi séparatisme en discussion. Ce point ayant été soulevé au conseil municipal, la maire de Strasbourg a soumis le versement de l’aide à certaines garanties de respect des valeurs de la république.  

Mais au lendemain du vote, Gérald Darmanin a tweeté… 

Ceci : ‘la mairie verte de Strasbourg finance une mosquée soutenue par une fédération qui a refusé de signer la charte des principes de l’islam de France et qui défend un islam politique’ c’est lapidaire … C’est un tweet ! Rien sur la spécificité concordataire. A lire le tweet, on a l’impression d’une collusion verte : écologisto-islamiste ! La question de l’attitude des écologistes face à la laïcité se pose, c’est un fait. Il y a de sérieux débats au sein d’EELV, entre la ligne républicaine ferme de Yannick Jadot et la ligne plus anglo-saxonne de Julien Bayou. L’affaire de Strasbourg ne rentre pas dans le cadre de ces controverses. Les mairies (quelle que soit leur couleur politique), toutes occupées à entretenir de bonnes relations avec les fidèles, sont souvent moins regardantes, surtout en terre de concordat. L’Etat, en conflit ouvert, en ce moment, avec une Turquie agressive et interventionniste en sous-main, sera plus vigilant. On pourrait imaginer qu’Etat et municipalité s’informent et coordonnent leurs attitudes. Ça n’a pas été le cas, c’est un dysfonctionnement partagé, que le ministre de l’Intérieur utilise politiquement. Le tweet insidieux est la marque de l’évolution d’une façon d’agir inspirée par Donald Trump. Tout se passe comme si Gérald Darmanin avait une mission : présenter les écologistes comme d’irresponsables islamo-gauchistes ou (s’agissant de Lyon) comme des idéologues qui sacrifient la santé des enfants. C’est Marlene Schiappa qui résume le mieux cette nouvelle ligne stratégique en affirmant hier, sur C-News, ‘EELV est complice de l’islam politique’. Tout simplement ! Une façon d’expliquer que –stratégie hasardeuse de premier tour- l’ennemi idéologique suprême, c’est EELV et non le RN. Ou comment miner par avance ce qu’il reste du Front Républicain. 

L'équipe
Thèmes associés