Le FN progresse dans les sondages pour les régionales.

Oui le FN voit tous ses thèmes favoris, l’immigration, les frontières, la sécurité, truster toute l’actualité post-attentat. Son propos a de quoi capter l’attention d’une population en colère, meurtrie par une attaque destinée à toucher ce que nous sommes. De plus, ce parti est le seul à pouvoir affirmer qu’il n’est pour rien dans la situation actuelle, puisqu’il n’a jamais été au pouvoir. La progression de l’extrême-droite dans un contexte d’angoisse sécuritaire bien compréhensible est un classique… la pensée reflexe et binaire est sans doute plus rassurante pour toute une partie de la population dans un état post-traumatique. Ce qui est paradoxal, c’est que si F.Hollande voit sa cote de popularité grimper en flèche, celle de Marine Le Pen ne progresse pas du tout ! Sa cote d’impopularité, en revanche, reste très haute… sans obérer, donc, au contraire, sa capacité électorale. Ça s’explique. En prévoyant de voter FN, soyons plus précis, en affirmant aux sondeurs qu’ils vont voter pour le FN, bon nombre d’électeurs disent au président de ne pas trembler, d’être ferme. Nous ne sommes pas attaqués par des étrangers mais par des Français issus de l’immigration. Le discours anti-immigration, antimusulman, en ressort renforcé, tant pis pour l’immense masse d’immigrés qui subit les répercussions politiques de ce conflit. Le FN et l’islamisme radical proposent finalement un face à face assez cohérent. Un face à face entre deux identitarismes qui se font écho et s’alimentent.

Et parallèlement F.Hollande, voit donc sa popularité bondir !

Oui mais là c’est le contraire : ce rebond du président ne prédit en rien un éventuel gain pour le PS aux régionales. Il s’agit là d’une popularité de la fonction. Et F.Hollande l’habite parfaitement, en ce moment, cette fonction présidentielle. Il sait incarner la fermeté, la compassion et l’énergie nécessaires. Les Français ont, semble-t-il, bien intégré les principes gaulliens de la Vème République : Le président de la République est le président de tous les Français. Il est au-dessus des partis…de ce fait, sa façon assez remarquable d’agir depuis le 13 n’est portée au crédit que de l’homme et de nos institutions. Dès lors, pour les Français (les professionnels de la politique qui adorent la stratégie et les courses de chevaux politiques ont du mal à le comprendre) mais pour les Français donc, F.Hollande et les socialistes n’ont pas grand-chose à voir en ce moment. La seule chance pour le PS de voir sa défaite moins prononcée que prévue, c’est qu’une partie des abstentionnistes (et par les temps qui courent, ils sont plutôt à gauche) décident qu’il faut, pour répondre à l’attaque contre la démocratie, accomplir son devoir citoyen…mais rien n’est moins sûr. En fait, soyons honnêtes, on ne sait pas grand-chose de ce qui peut se passer aux régionales après un tel choc. Et même pour tout dire, se poser la question a quelque chose de légèrement indécent. J’ai donc fait ce matin, j’en suis conscient, une chronique… un peu indécente.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.