Candidat à la présidence du parti "Les Républicains". Grand favori du scrutin… Et très inspiré visiblement - ou très influencé - par Nicolas Sarkozy...

Oui, les "recettes" de l'ancien président... - toutes ces règles de politique qu'il a théorisées, et sur lesquelles il s'est beaucoup appuyé -... nombre de ces préceptes sont aujourd'hui scrupuleusement appliqués par Laurent Wauquiez... Par exemple : ce n'est pas un hasard, si dès le début de sa campagne, ce partisan d'une "Droite dure" a pris soin de s'afficher avec une modérée - une proche d'Alain Juppé - Virginie Calmels, qui très officiellement a donc accepté de le rallier... C'est exactement ce qu'avait Nicolas Sarkozy avec Nathalie Kosciusko-Morizet... porte-parole, en 2012, du président-candidat... mais avec, à ses côtés, le très droitier Guillaume Peltier ! Pareil en 2016, pour la primaire, il a recommencé... Parce que pour l'ancien patron du parti, il faut pouvoir exhiber sa capacité à rassembler des politiques - même les plus éloignés... C'est un principe qu'il a élaboré... mais qui ne l'a pas toujours fait gagner !!! 

Ce qui n'empêche pas Laurent Wauquiez de s'être conformé à d'autres "théories" de Nicolas Sarkozy... comme celle qui concerne, évidemment, les élections internes... Pour l'ancien président, quand il s'agit de convaincre des militants - et uniquement des militants -, il ne faut surtout pas hésiter à tenir des propos toujours plus radicaux... Et là encore, le probable futur "héritier" s'y applique méthodiquement... Il excelle depuis des années en Droite décomplexée... 

Au point de donner l'impression de pouvoir basculer vers le Front national... Une ligne que Nicolas Sarkozy - lui - n'a jamais franchie... 

C'est vrai... mais en réalité, pas plus que Laurent Wauquiez, qui a même fait "bien attention" à se montrer très ferme sur le sujet... Il l'a redit : "il n'y aura jamais aucune alliance avec le parti de Marine Le Pen"... Ce qui ne veut pas dire que l'électorat frontiste ne l'intéresse pas... Au contraire ! Une partie de la Droite - et Laurent Wauquiez, le premier - lorgne sur cet électorat qu'il qualifie lui-même, de "populaire"... Manière de dire que les électeurs qu'il va chercher à récupérer, ne se situent pas au Front national... non, ce sont des électeurs déçus... des électeurs inquiets, des électeurs perdus ! Autrement dit - et là encore - c'est la même réthorique que Nicolas Sarkozy en 2007... L'objectif, c'est d'aspirer, de "siphonner les voix" - pas les électeurs puisqu'ils n'existeraient pas ! - les voix qui se portent sur le Front national... 

Résultat, c'est à se demander ce que Laurent Wauquiez a été, jusqu'ici, capable d'imaginer... Puisqu'il a repris, en grande partie, la stratégie de son aîné... celle, qui n'a pourtant véritablement fonctionné qu'une seule fois - et c'était il y a 10 ans déjà -... Vouloir rejouer sans cesse le même scénario politique, sans changement, sans innovation : c'est exactement l'inverse de ce qu'a tenté et réalisé Emmanuel Macron... Il serait donc grand temps, qu'il puisse être permis à la Droite de se réinventer !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.