Vous revenez sur la vision de la laïcité développée par Marine Le Pen, hier matin, sur notre antenne…

Oui vous avez entendu Marine Le Pen en « madame plus » de la laïcité, en super Marianne qui veut étendre à la rue l’interdiction du port du voile et de la kippa. Ce faisant, elle menace le subtil équilibre auquel nous étions arrivés dans les relations entre les religions et la société civile. Certains extrémistes musulmans, eux-mêmes, c’est vrai, ne respectent pas le pacte laïque… mais pour répondre à cette situation, Marine Le Pen procède à une mélange de concept et de législation. Quand elle prétend étendre l’interdiction du port du voile et de la kippa à la rue, elle se base sur le fait que le voile et de la kippa sont déjà proscrits dans les services publics et que la burqa, le niqab ou le voile intégral sont interdits sur la voie publique. C’est vrai, tous les éléments de la proposition de Marine Le Pen existent déjà dans la réalité mais en fait ils n’ont aucun lien. Et pour cause ! L’interdiction du voile et de la kippa dans les services publics se basent effectivement sur la laïcité, sur l’exigence de neutralité de l’administration. Mais la loi qui interdit le port du voile intégral (soit dit en passant difficilement applicable) ne fait pas mention de la laïcité. C’est une question d’ordre public. Elle n’a rien à voir, en tout cas, avec la laïcité parce que les principes hérités de 1905 ne permettent en rien, et heureusement, de codifier l’habillement, ou l’accoutrement de quiconque sur la voie publique! (La rue n’a pas à être neutre). Marine Le Pen, en réunissant deux interdits sans aucun rapport, afin de proscrire le voile dans la rue, fabrique volontairement une carpe avec une tête de lapin. Ou l’inverse, bref un monstre juridique, impraticable, anticonstitutionnel, anti-laïque et liberticide.

Mais le fait qu’elle utilise le terme de « laïcité » a de quoi troubler. Ce n’est pas dans la tradition "originelle" du FN.

Non, sous Jean-Marie Le Pen, le FN parlait avec les mots de cette droite qui exècre la gueuse, la République. Le Pen, dans de nombreux discours rappelait que la France était la fille aînée de l’Eglise. Il évoquait une nation chrétienne et même si une frange du FN représentait l’extrême droite dite « païenne », les intégristes catholiques, ceux qui n’ont jamais accepté la séparation de l’Eglise et de l’Etat, ont toujours été de tous les rassemblements du FN. On trouve d’ailleurs encore leur littérature dans les stands des fêtes bleu-blanc-rouge ou en marge de la fête de Jeanne d’Arc. Marine Le Pen, n’a certes pas les obsessions « ancien régime » du vieux FN. Mais la façon dont ses amis, par exemple, organisent des opérations de charité en distribuant des repas exclusivement à base de porc, montre bien que sa conception de la République s’appuie sur des bases ethniques ou religieuses. Bref, le contraire de la République. Marine Le Pen fait semblant de proscrire toutes les religions pour en combattre une. Plus généralement, l’invocation permanente de la laïcité a ses limites. Entre 1880 et 1905, quand s’est forgé la doctrine laïque, il s’agissait de lutter contre une puissance installée et dominatrice. « Le parti catholique », comme disait Emile Littré. Ferdinand Buisson ajoutait qu’il ne fallait surtout pas confondre le « parti catholique » et les catholiques. Le rapport de force n’a rien à voir aujourd’hui et les principes de liberté, d’égalité des sexes et du respect d’autrui sont sans doute plus pertinents pour lutter contre l’intégrisme que celui, flou, facilement détournable, d’une laïcité mise à de mauvaises sauces.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.