Covid… Les élus marseillais sont furieux des mesures décrétées par Paris pour leur agglomération !

Ils disent même ‘contre’ leur agglomération. Ils parlent de punition ; ce qui est bien sûr aberrant … punition pour quoi ? Il y a quelques semaines, la droite et la gauche marseillaises, réunies, affublées du professeur Raoult, avaient fait une conférence de presse clochemerlesque et victimaire sur le mode ‘Marseille,  éternelle brimée’… Mais quand même, cette fois-ci, les élus ont quelques réels motifs de dénoncer l’attitude de Paris, entendez de l’Etat. De là à parler de punition, comme le fait Renaud Muselier, c’est bien sûr abusif… Marseille, bien qu’enregistrant des chiffres de contaminations en légère baisse depuis quelques jours, connait encore des taux de circulation du virus supérieurs à ceux des autres grandes villes. La doctrine affichée du gouvernement, selon laquelle ce sont les responsables locaux qui, en concertation avec l’Etat, établissent les interdits, connait donc une exception officielle puisque Jean Castex a affirmé hier sur France2 qu’il assumait les mesures drastiques de Marseille. Mais hormis Marseille (dont, en creux, le Premier ministre estime que les élus n’auraient pas eu le cran de prendre leurs responsabilités), il y a dans le discours du gouvernement, pour le reste de la France, une petite entourloupe.  

Quelle entourloupe ? 

Vous remarquerez que, le plus souvent, le gouvernement explique (dans le cadre de ses bonnes intentions envers ce qu’il est convenu d’appeler les ‘territoires) qu’il agit avec les ‘autorités locales’… qu’est-ce que ça veut dire ‘autorités locales’ ? C’est un terme très vague qui englobe élus locaux, représentants de l’Etat : préfets, sous-préfets, directeurs départementaux d’administrations, bref beaucoup de monde. En réalité, en utilisant ce terme, le Premier ministre entretient la confusion entre deux notions : décentralisation et déconcentration. La décentralisation, c’est plus de pouvoir pour les élus locaux, la déconcentration, c’est simplement l’allongement du manche du marteau des ministres sur les territoires. On nous présente de la décentralisation là où il y a surtout de la déconcentration. Quand on dit… c’est aux ‘responsables locaux’ de mettre en œuvre les mesures adéquates, on pense d’abord qu’il s’agit des élus… on imagine que ce sont eux qui vont gérer la situation dans le cadre du classement de leur territoire en rose, rouge, rouge écarlate… et bien non, la réalité c’est que le préfet, donc l’Etat, décide, en informant ou même en ignorant les élus locaux… Les élus locaux et les préfets n’ont pas toujours les mêmes réflexes. Les uns ont la légitimité des urnes du cru, les autres sont des désignés par le gouvernement qui a la légitimité des urnes nationales. De ces deux fonctions (des qualités et défauts endémiques qui y sont attachés), il ne s’agit pas de dire laquelle est la plus légitime pour agir pour le bien des populations… Seulement quand vous entendrez maintenant un ministre dire ‘les autorités locales décideront’, ne pensez plus ‘élus locaux’… mais ‘préfets donc Etat’… et vous ne vous laisserez pas avoir par l’entourloupe… 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.