Ce matin, vous revenez sur les propos de l’acteur François Berléand qui fustigeait l’accent d’Eva Joly .

Oui, en politique, il n’y a pas, il n’y a plus, la fameuse trêve des confiseurs. La médiatisation à outrance de la vie politique ne supporte ni le silence, ni le vide, donc assez peu la réflexion ! Cette vie politique est désormais un flot continu. Elle est alimentée par les hommes politiques, les commentateurs et les personnalités qui peuplent les débats en tous genres sur les innombrables chaînes de télé, de radio, et sur les sites internet. Dans ce flot, il y a parfois quelques perles et osons le mot quelques « pépites de connerie ». En fin de semaine dernière, sur RMC, c’est l’acteur François Berléand qui nous a donc livré un joyau de cette catégorie. Il a expliqué qu’il était choqué par l’accent d’Eva Joly. Il l’a comparé à celui de son grand-père qui, 10 ans après son arrivée en France, n’avait plus d’accent. L’acteur estime que l’on ne devrait pas pouvoir se présenter à l’élection présidentielle avec un accent étranger. Cette réflexion, qui vient d’un cerveau cultivé, est d’autant plus remarquable (au sens premier du terme) qu’elle est proférée par un homme qui se dit proche de François Bayrou. Or, le leader centriste, depuis le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, s’est fait, au travers de ses discours et d’au moins deux livres parfaitement argumentés, le défenseur efficace de l’esprit républicain écorné. Berléand devrait discuter un peu avec son mentor, il s’apercevrait à quel point ses propos sont à mille lieues de la république. Il ne s’agit pas de le traiter de raciste mais simplement de constater que, voulant défendre la tradition française et sa culture, en réalité il la bafoue.

En quoi ?

Dans notre république, que l’on soit français depuis 5 minutes ou 100 générations, on est français tout court puisqu’être français n’a rien à voir avec le sang. De ce point de vue, Eva Joly est aussi française qu’un descendant en ligne directe de Vercingétorix. Eva Joly est française depuis 40 ans. C'est-à-dire depuis plus longtemps que Manuel Valls qui a été naturalisé en 1982. Berléand pense-t-il que Valls n’aurait pas dû se présenter à la présidentielle via les primaires ? Eva Joly est même française depuis plus longtemps que Nathalie Kosciusko-Morizet ou Laurent Wauquiez puisqu’ils n’ont pas 40 ans. La nationalité n’ayant rien à voir avec l’origine, on peut même considérer (c’est un argument qu’utilise Eva Joly) qu’elle est la seule candidate à avoir choisi d’être française. Preuve d’une adhésion à notre pays que ceux qui se sont contentés de naître ici ne peuvent pas revendiquer. Mais Berléand considère qu’Eva Joly n’a pas fait l’effort d’intégration suffisant pour perdre son accent. Mais il y a des gens qui ne perdent jamais leur accent et qui pratiquent pourtant un français excellent, on en connaît tous. Souvenez-vous d’Arun Tazieff, par exemple. Eva Joly a exercé, après avoir réussi tous les examens pour, le métier de magistrat en France. Tous les hommes politiques (même très haut placés) ne maitrisent pas véritablement l’art de l’imparfait du subjonctif et certains oublient même régulièrement de prononcer les négations. L’accent, c’est donc simplement la tonalité qui rappelle l’origine étrangère. L’accent, de ce point de vue, c’est exactement comme la couleur de la peau. Il ne serait évidement pas venu à l’esprit de Berléand de reprocher à un candidat à la présidence, qui ne serait pas blanc, sa couleur de peau.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.