françois hollande confirme son objectif d'inverser la courbe du chômage
françois hollande confirme son objectif d'inverser la courbe du chômage © reuters
**Deuxième volet de la rétrospective politique 2013. Après les débats, lundi, aujourd’hui les partis politiques. Revue de détail et constat d’impuissance !** 2013, c’est la première année pleine post-alternance, après 10 ans de droite au pouvoir. La principale caractéristique de ces 10 ans avait été l’impuissance. La droite n’a rien fait de notable qui ait marqué la société, qui l’ait réformée pour préparer son avenir. La liste des réformes de fonds qu’il faudrait entreprendre et que l’UMP vient de dresser en est, en creux, la preuve. La gauche, arrivée en 2012, semble dans le même état d’impuissance. Ce constat est celui que l'on peut dresser à la fin 2013. **François Hollande** réforme par petites touches, mais bien en-deçà de ce qu’il avait annoncé et, par exemple, la fameuse remise à plat de la fiscalité voulue par le premier ministre, risque de ne se réduire qu'à de modestes adaptations. L’impuissance des partis politiques, c’est ce qui a dominé l’année 2013 ! A l’UMP on n’a pas pu se doter d’une direction claire et légitime.**Jean-François Copé** , le président du parti n’est pas respecté par les autres cadres du mouvement qui savent comment il a été élu. Le PS, pour sa part, « n’imprime pas » pour reprendre une image sur-utilisée dans le débat politique de cette année. Quand il parle, on ne l’entend pas parce que les résultats de son année et demi au pouvoir se font attendre. **Harlem Désir** n’est pas non plus respecté par les cadres au sein de son parti. Il ne trouve pas les arguments pour nous convaincre que la politique menée peut porter ses fruits. Chez les verts, c’est pareil. Qui peut dire quelle est la ligne politique suivie par **Emmanuelle Cosse** , la nouvelle patronne des écologistes ? Leur message principal qui devrait être que la transition énergétique, le passage aux énergies renouvelables, est une enthousiasmante aventure économique, n'est qu'une « nouvelle frontière ». Il ne passe pas. Ils n’arrivent visiblement pas à peser en ce sens sur la majorité qui reste bien frileuse sur ces questions. Toutes les voix fortes de l’écologie politique abandonnent ou s’éloignent de la structure partisane Europe-Ecologie-Les-Verts. **Le Front de Gauche** n’arrive pas non plus à atteindre son but qui est de reprendre pied dans la classe populaire et ouvrière, de concurrencer le FN pour capter la colère sociale. **Le FN, quand même, a profité de 2013, non ?**
pour marine le pen, une dissolution serait incontournable en cas de victoire du fn aux européennes
pour marine le pen, une dissolution serait incontournable en cas de victoire du fn aux européennes © reuters
Ça se discute… Sa popularité reste toute relative, le Front National est quand même le parti le plus impopulaire. La dédiabolisation dont on parle tant n’empêche pas le FN d’avoir énormément de mal à constituer des listes complètes dans bien des villes populaires. En fait, les partis politiques sont en crise et l’année 2013 l’a souligné avec éclat. Les débats de l’année ont été animés par les bonnets rouges, la manif pour tous, les collectifs contre la construction de l’aéroport Notre-Dame des Landes, des mouvements divers et variés, souvent éphémères. Les partis ne sont plus les lieux où s’inventent les nouvelles idées. Nos institutions, qui sont faites pour affronter une logique de blocs et d’affrontements de deux camps, ne sont visiblement plus adaptées à la complexité des problèmes d’aujourd’hui, de ce monde fait d’interdépendances économiques et de fluidité de l’information. Ce n’est pas nouveau, mais cette impression d’inadaptation de l’ensemble de la construction politique et des partis à la Française a éclaté au grand jour en 2013…
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.