Cette question après les attentats : le monde politique va-il garder son sang-froid ?

Et de ce que l’on sait de la déclaration que prépare Laurent Wauquiez ce matin, la réponse est  plutôt non ! A chaque attentat, il est des politiques pour demander non pas juste plus de moyens pour les forces de l’ordre mais toujours plus mesures de police   expéditives, de lois de répression préventive (si l’on peut user de cet oxymore). Comme si l’on pouvait empêcher 100% des jeunes radicalisés par l’islamisme, de passer à l’acte. La police, aussi bien équipée et dotée de tous les moyens de surveillance et d’intervention possibles, ne pourra jamais assurer le risque 0. Tout le monde est d’accord sur ce constat mais tout le monde n’en tire pas les conséquences quand arrive le moment de profiter de l’émotion post-attentat. Faire en sorte, après chaque attaque, de réaliser ce que les militaires appellent un «retour d’expérience» pour  améliorer leurs moyens de détecter au plus vite ceux qui pourraient passer à l’acte, c’est une nécessité, mais proposer, comme va le faire le patron de LR, d’enfermer tous les fichés S, de déchoir de leur nationalité tous les radicalisés, d’instaurer un état d’urgence permanent, cela impliquerait une législation et des moyens tels que nous sortirions d’un état de droit démocratique acceptable. C’est une pente, une glissade démagogique sans fin, propre à susciter des troubles à l’ordre public beaucoup plus importants encore, sans effet sur le rythme des attentats, au contraire. Les dernières lois antiterroristes  réduisent déjà la sphère du judiciaire et augmentent celle de l’arbitraire… Aller toujours plus loin serait finalement rejoindre les djihadistes dans leur combat contre les libertés, sans efficacité sur le terrorisme artisanal et solitaire qu’aucune loi restreignant les libertés, aussi drastique soit-elle, ne peut atteindre.

Que sait-on des intentions de la majorité sur ce sujet ?

De la majorité, on ne sait pas grand-chose… Emmanuel Macron, hier, disait ceci, j’ouvre les guillemets «entre la naïveté des uns et la bêtise cynique des autres, nous ne suivons qu’une seule ligne : la détermination efficace. Nous avons à rendre des comptes au peuple »: c’est une phrase de l’entre-deux, destinée à répondre par avance à Laurent Wauquiez. LR s’établit, en ce moment, sur un créneau hyper sécuritaire, dont l’efficacité le dispute à l’absurde, selon lequel, si  le terroriste de Trèbes avait été en prison, il n’aurait pas commis cet attentat. Ce qui est vrai pour chaque criminel et chaque crime ! L’acte héroïque et exemplaire du lieutenant-colonel Beltrame, voilà une vraie réponse. Elle n’est dictée par aucune législation adaptée, sans cesse renforcée, mais par une attitude : le courage et le sens du sacrifice. «La, je cite,  détermination efficace» du président ne renseigne pas encore sur sa volonté de faire évoluer le droit en fonction d’un événement, c’est-à-dire sur le sang-froid qui règne à la tête de l’Etat… sang-froid que caractériserait le suivi du conseil incontournable de Benjamin Franklin, « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux ».+

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.