Comment ça Thomas ! Vous nous parlez ce matin de Julie Gayet ? Pas vous, pas ça !

Rassurez-vous… ou désolez-vous, je ne vous révélerai rien de croustillant… Je suis incapable de vous dire qui a pris les photos de Voici. Je me bornerai à constater que dans ce domaine, celui de la vie privée, comme celui de l’économie, François Hollande aura attendu deux ans et demi avant de commencer son quinquennat comme il aurait dû le commencer. Sur l’économie, ce n’est pas un avis personnel que j’émets ici… mais simplement le constat que, enfin, le discours de l’exécutif correspond à ses actes… ce qui n’était pas le cas sous le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et au début de celui de Manuel Valls, avec la voix dissonante d’Arnaud Montebourg destinée à entretenir une ambigüité qui s’est avérée inefficace et néfaste. Mais je m’égare vers la vraie politique…Revenons au people comme promis. Donc, François Hollande aurait dû commencer son mandat par là, sur la question de la vie privée. Non pas être avec Julie Gayet plutôt que Valérie Trierweiler, bien sûr (c’est au-delà de nos compétences). Non, il aurait dû commencer par faire en sorte que sa compagne, quelqu’elle soit, n’ait (comme c’est le cas de Julie Gayet) aucune existence officielle, aucun bureau, aucune fonction d’aucune sorte à l’Elysée. Nous élisons un homme ou une femme, pas son conjoint ni ses amis ou ses enfants. La modernité démocratique n’est pas d’arriver non marié à l’Elysée, comme le fit François Hollande, mais bien d’arriver tout seul. Peu importe qui le suit dans l’ombre.

Mais on n’empêchera pas la presse people de s’intéresser aux entourages privés du président…

Oui, mais ça c’est finalement pas très grave. Les présidents ont les moyens de se cacher s’ils le veulent. Et s’ils n’y arrivent pas tout à fait… ce n’est peut-être pas très agréable, ça n’a qu’un temps et personne ne fera pleurer sur leur sort. Après tout, le grand public ne s’intéresse pas particulièrement aux enfants ou aux parents des présidents. Et puis la peopolisation est un avatar inévitable de la vie politique dans un monde ouvert. C’est ainsi puisque nous voulons continuer à élire des présidents, en pensant non pas qu’ils ONT la solution mais bien qu’ils SONT la solution ! Ou, s’agissant maintenant de François Hollande, qu’il EST la cause de tout ce qui nous arrive… Il est logique (sinon souhaitable) que sa personne, ses goûts, sa vie soit scrutés. Après tout, certains électeurs, choisissent de se déterminer aussi sur l’homme et sa personnalité propre. Pour ceux-là, savoir que Jacques Chirac-président aimait l’art japonais et passait ses vacances avec l’écrivain Denis Tillinac, ou que Nicolas Sarkozy préfère passer les siennes avec Isabelle Balkany et faire du vélo signifie quelque chose ! Pour la plupart des électeurs qui veulent que le chômage baisse et que l’éducation de leurs enfants soit assurée, ça n’a, en réalité, aucune importance. Alors Julie Gayet ou une autre… un autre pourquoi pas ! Peu importe, du moment qu’il ou elle n’a aucune existence officielle et ne mène aucune action en notre nom. C’est enfin le cas. Tant mieux.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.