Ce matin vous revenez sur un mot prononcé hier par le Premier ministre : le matamorisme…

Je croyais que ce mot  avait été inventé par Jean Castex, qu’il avait tout simplement rajouté  le suffixe ‘isme’ à ‘matamore’. Mais non ! le matamorisme, j’ai vérifié,  ça existe … d’après l’encyclopédie Universalis, c’est utilisé, figurez-vous, en zoologie… Il s’agit d’une déformation du  corps opérée par certains animaux pour effrayer leur adversaire. Les  oiseaux, par exemple, gonflent leurs plumes. Est-ce que Jean Castex  connaissait cette définition ? Pensait-il à Gerald Darmanin ? Le Matamore, bien connu, lui, vient de la comedia del arte…  c’est un soldat fanfaron qui se vante de batailles qu’il n’a pas menées.  Dans le langage courant, un matamore est celui qui utilise des  attitudes autoritaires pour promettre une action vigoureuse… le fameux ‘Nous terroriserons les terroristes’,  de Charles Pasqua en 1986. Bien sûr, l’attitude matamore par excellence  vient de Nicolas Sarkozy à l’adresse d’une habitante d’une cité de  la Courneuve en 2005, promettant de débarrasser ‘au Karsher !’  la cité de ses délinquants… Karsher, mot magique, un peu guerrier,  hygiéniste, qui avait pour but non pas de régler le problème mais de  créer une situation politique favorable, une polarisation : les belles âmes de  gauche seraient choquées et le peuple de droite, qui aime l’autorité et  l’ordre, serait d’autant plus comblé. Et ça a marché, Nicolas Sarkozy,  deux ans plus tard, est élu président de la république sur une image d’autorité et d’énergie...

Mais Jean Castex dénonçant le matamorisme n’est pas dans cette stratégie… 

Non… Gérald Darmanin est  au ministère de l’Intérieur pour assurer au président Macron le soutien  d’une bonne partie de l’électorat de droite, puis favoriser le futur  candidat Macron de 2022, alors que Jean Castex est là pour faire en sorte, en bon connaisseur des rouages de l’Etat,  que les choses avancent, que la machine administrative et technocratique  n’entrave pas les décisions du président Macron afin que le candidat  Macron ait un bilan à présenter. Castex sait, pour l’avoir vu de l’intérieur en Sarkozie, que si le matamorisme  fonctionne électoralement un temps, ça ne règle aucun problème.  D’ailleurs, Nicolas Sarkozy ne s’est pas fait réélire et les problèmes  de sécurité sont toujours là. En privé, le Premier ministre dit ‘le matamorisme, c’est la meilleurs tactique pour se prendre la porte dans la figure’.  D’ailleurs ce qu’il propose sur les questions de sécurité n’a rien de  spectaculaire et de visible par le grand public : non pas rajouter des policiers sur le terrain ni durcir  les peines mais embaucher des greffiers pour permettre à la justice  embolie de mieux fonctionner. Darmanin et Castex viennent du sarkozysme.  Le premier en retient ce qui permet de gagner des élections, le second en tire la leçon que pour vraiment agir  efficacement sur le terrain, se donner une chance de réélection… rien ne  sert de gonfler ses plumes…
 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.