Pourquoi renonce-t-il à se rendre au prochain Congrès du FN ? A 89 ans passés, l'ancien homme fort du Front national n'a plus d'autre choix que de se retirer.

Jean-Marie Le Pen refuse d'assister à "l'assassinat" du parti qu'il a créé. Voilà ce qu'il a expliqué pour se justifier. En réalité, celui qui resté presque 40 ans le président du parti redoute plus probablement d'être humilié publiquement par celle qui lui a succédé. C'est-à-dire sa propre fille, Marine, qui a décidé de lui interdire l'entrée du Congrès, à Lille, les 10 et 11 mars prochains. 

Ce qui signifie tout de même, que sur à peu près tous les sujets, Jean-Marie Le Pen s'est retrouvé obligé de reculer. Qu'il soit d'accord ou pas, le nom du parti va bientôt changer. Ses statuts vont être modifiés. Bref, dans quelques semaines - à peine - il ne restera plus rien du mouvement qu'il avait bâti et il n'y sera même plus considéré comme chez lui…

Ce qui laisse enfin les coudées franches à la benjamine des Le Pen

C'est vrai ! Sauf que l'ancienne candidate à l'élection présidentielle a du mal à reprendre la main. Il n'y a qu'à regarder la tournée des fédérations qu'elle vient de terminer. En général, au contact des militants, un chef de parti retrouve de l'envie et de l'énergie. Le problème, c'est qu'après son débat raté face à Emmanuel Macron, il n'y a plus personne dans ses propres rangs pour croire en sa promesse de refondation. Son leadership aujourd'hui est tout simplement remis en question. 

Comment en retrouver ? En réussissant peut-être à s'imposer sur un certain nombre de sujets. Les siens ! Mais là encore, Marine Le Pen reste asphyxiée par l'actuel président. Prenons l’exemple des agriculteurs, qui représentent classiquement une frange assez importante de ses électeurs. Le chef de l'Etat a réussi à marquer des points, à la fois par son comportement - il a osé les affronter ! - et par ses arguments. Même constat sur la question des réfugiés : le discours de fermeté que tient Emmanuel Macron gêne la patronne du FN parce qu'il l'empêche sur ses fondamentaux d'exister. 

Marine Le Pen a "tué politiquement" son père mais rien ne va changer…  

Depuis maintenant 7 ans qu'elle est à la tête du parti, la fille de Jean-Marie Le Pen n'a presque rien construit. Elle n'a pas mis en place d'équipe - vraiment - solide. Elle n'a pas travaillé à un programme - vraiment - crédible. Et même quand elle assure être parvenu à "dédiaboliser" le Front national, rien n'indique pour l'instant qu'il soit effectivement perçu par les Français comme un parti banal.

Certes en éloignant le père, son mouvement n'apparaît plus comme protestataire. Mais elle n'a pas réussi pour l’instant à le transformer en un possible parti de Gouvernement.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.