**Eric Besson, le ministre de l’immigration, a annoncé hier un grand débat sur l’identité nationale… Un débat qui s’achèvera en février… Et un calendrier qui ne doit rien au hasard, Françoise.Tiens... tiens... Alain,rappelez moi donc ce qu'il y a en Février... les vacances de Carnaval? la Saint Valentin ? Et le lancement de la campagne des régionales ! Voilà comment un vrai débat de fond ,nécessaire pour un pays qui a encore parfois du mal à regarder son histoire en face et à s'accepter dans sa diversité , voilà comment un débat de fond se transforme en ficelle électorale... Relancer une grande consultation sur l'identité nationale, c'est d'abord faire un énorme clin d'oeil à l'électorat de droite pur et dur... celui qui a été heurté par l'affaire Mitterrand, ou le RSA jeune. C'est ensuite une énorme oeillade à ceux qui ont un gout de "revenez y " .. Où ca ? chez les Le pen, père et fille... En 2007, Nicolas Sarkozy avait justement asséché cet électorat, grace à l'identité nationale. Au moment ou le FN reprend des couleurs notamment dans des zones dévastées par le chômage, la précarité,les délocalisations... le chef de l'état, par le truchement de l'un de ses ministres les plus zéles, cherche à se saisir à nouveau du talisman identitaire. Relancer ce débat, c'est enfin semer la confusion à gauche...Besson souhaite par exemple que l'on chante une fois par an la Marseillaise... réaction immédiate, épidermique même, du parti communiste... " et pourquoi ne pas faire chanter Maréchal nous voilà "! Confusion des genres d'une gauche qui n'est toujours pas au clair sur ce débat...En 2007, Ségolène Royal avait crée la polémique en faisant chanter la Marseillaise lors d'un meeting à Marseille, et en souhaitant que les symboles nationaux, comme le drapeau français soient valorisés... à l'époque,la gauche avait toussé.. Depuis, le débat est encore en suspend au ps... qui élabore en ce moment son projet... Alors oui, le débat sur l'indentité nationale est bel et bien un poison électoral pour la gauche Une gauche qui aborde avec optimisme ces régionales, Françoise.Plutot optimistes les socialistes, malgré les verts qui se sentent pousser des ailes, et la volonté d'autonomie des comunistes.. Pourquoi ? Et bien essentiellement parce que l'image et le travail des présidents de régions socialistes atténuent, sur le terrain local, l'image trés abimée sur le plan national...Des pouvoirs locaux solidement implantés face à une majorité qui aborde ces régionales sur fond de chômage, de baisse de pouvoir d'achat, de taxes... un cocktail qui par nature , profite toujours à l'opposition...il suffit d'ailleurs de voir le peu de ministre qui se bousculent au portillon des candidatures pour comprendre à quel point l'ump ne nage pas dans l'optimisme béat... A elle de ne pas tomber dans le piège tendu par l'élysée... transformer ce débat sur l'identité nationale en bataille de chiffoniers ... ce qu'on a commencé à voir hier... Mais l'utiliser plutot pour commencer enfin à clarifier des sujets sur lesquels elle a le plus grand mal, depuis tant d'années, à adopter un position lucide. Qu'il s'agisse de la sécurité ou de l'immigration, ces thèmes lui ont déjà coûté plusieurs victoires. A elle de démontrer qu'elle peut aussi retourner le piège, transformer la contrainte en opportunité sans avoir peur de son ombre. Ce jour là... son jour de gloire sera ... peut être... arrivé...**

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.