De ce qu'il a l'intention de faire, se représenter ou non, il ne parle jamais. De ce qu'il pourrait faire après, entendez après l'Elysée, il parle encore moins et à personne. Jacques Chirac décidément jusque bout, restera ce masque secret et mutique que même ses plus proches collaborateurs, mêmes ses ministres les plus fidèles ou ses plus anciens soutiens peinent à déchiffrer. Autant dire qu'aucun d'eux n'attend des voeux aux Français de dimanche soir le moindre indice, le moindre signe cabalistique qui indiquerait l'état d'esprit profond du président ou encore sa stratégie pour 2007. Alors pourquoi regarder ou écouter sur France Inter dimanche soir à 20H, les derniers voeux, de Jacques Chirac, enfin les derniers voeux du quinquennat aime préciser l'Elysée ? Tout simplement parce que c'est un moment qui rythme notre vie démocratique. Un livre paru chez Jean Claude Lattès, écrit par Eric Giacometti et Henri Vernet, intitulé "Bonne année mes chers compatriotes", retrace avec minutie et humour les voeux des 5 présidents de la 5ème république. 48 cérémonies pour égrener les années qui passent, 48 cérémonies aux tons différents selon les présidents mais avec la même liturgie, seul Valéry Giscard d'Estaing avait osé en 75 se présenter aux français, sa femme à ses côtés. 48 cérémonies et quelques perles évidemment, "nous devons regarder loin et viser haut" déclarait puissament le général en 62. "Nous ne sommes pas les plus riches, mais nous sommes parmi les plus heureux" philisophait Pompidou. "Adieu donc 1974, salut à toi 1975", Giscard fut le président de la simplicité vous vous en souvenez, jusqu'à François Mitterrand en 94 qui pour ses derniers voeux, y introduisit une dimension "magique" quasi surnaturelle. "Je crois aux forces de l'esprit et je ne vous quitterai pas" disait il à ses compatriotes. Grand messe un peu guindée donc, qui est une occasion pour le président en exercice de marquer, souvent d'un mot, d'une expression, l'année qui s'ouvre en s'adaptant aux circonstances politiques : "action, intérêt général, année utile". Jacques Chirac, depuis 1995, a déjà beaucoup puisé dans le dictionnaire des synonymes. Alors quoi de neuf pour cette année ? Le Président va-t-il s'inspirer par exemple des derniers voeux de son prédécesseur ? Surtout pas ! Il parait que ses collaborateurs à l'Elysée ont visionné et re-visionné les voeux de 1987, ceux qui précédaient l'annonce d'une nouvelle candidature de François Mitterrand en 1988. Oups ! Un signe annonciateur que Jacques Chirac a l'intention de repartir à la bataille ? Non, il ne faut rien exagérer, mais le Président veut absolument éviter de donner l'impression d'entamer sa tournée des adieux. Pas question d'au revoir, ni même d'appréciation du bilan, pas de regard dans le rétroviseur, non, être toujours le guide, celui qui montre la voie et le chemin, celui qui agit aussi, on a bien vu ces dernières heures combien il entendait être présent notamment dans le dossier des sans abri. Bref, Jacques Chirac dimanche soir, devrait encore nous parler d'avenir. Mais en évitant soigneusement d'évoquer le sien.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.