L'édito politique de Chritophe Barbier , directeur de la rédaction de L'Express

2012 s’en va, sur ses pattes de velours. 2012 s’en va, 2012 est bientôt terminé et personne ne regrettera cette année-là. Oui 2012, c’est l’année de toutes les déceptions, de tous les échecs. Echec d’abord dans notre vie politique nationale de Nicolas Sarkozy qui n’a pas réussi à être réélu. Certes, vous me direz que l’échec de Nicolas Sarkozy c’est aussi un succès, le succès de François Hollande. Mais non, c’est d’abord l’échec de Nicolas Sarkozy. Sarkozy en divorce avec les Français, Sarkozy rejeté profondément par l’opinion. Ce qui a plu dans la candidature de François Hollande, c’est qu’il incarnait le contraire de Nicolas Sarkozy. Le contraire dans la plupart des propositions, le contraire surtout dans l’incarnation.

L’année politique française, c’est l’échec de Nicolas Sarkozy. L’année politique française c’est aussi l’échec de François Hollande. François Hollande qui a peine élu, a échoué dans plusieurs directions. D’abord échoué à incarner véritablement un nouveau Président de la république. Un Président normal, disait-il… L’affaire du tweet, mais aussi sa manière d’incarner la fonction, ont été le signe de ses échecs. Dès l’été, c’était hélas consommé, François Hollande était parti du mauvais pied. Echec bien sûr, face au chômage, mais personne n’attendait de miracle. Echec, dans la constitution d’un budget de la République française raisonnable, audacieux, c’est dire d’un budget en équilibre, d’un budget où les dépenses publiques auraient dû être en baisse drastique. Echec, aussi, de François Hollande dans sa volonté d’appliquer une politique fiscale plus juste. Il a chargé la charrette des plus riches, et c‘est tant mieux, c’est ce qu’il fallait faire. Mais il n’a pas su l’expliquer ; et il a terminé l’année 2012 avec une polémique un peu ridicule, un peu minable dirait Jean-Marc Ayrault. Il a terminé l’année 2012 avec la polémique Depardieu.

Echec loin de nos frontières pour Barack Obama. Certes, Barack Obama a été élu, lui… Mais il n’a pas réussi à incarner ce prix Nobel de la paix qu‘il avait obtenu dès sa première élection. Il n’a pas ressuscité « l’obamania ».

Autre prix Nobel de la paix en échec, celui décerné à l’Europe. Pour mieux constater que l’Europe n’arrive pas à se débarrasser de la crise économique. Adieu 2012, année des échecs !

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.