Le premier ministre prononcera mardi son discours de politique générale. Les parlementaires siègeront en session extraordinaire tout le mois de juillet. Mais il y a déjà un petit air de vacances qui flotte car c'est le dernier édito avant l’été et l’année politique a été bien remplie. Cette année présidentielle fut à rebonds et à rebondissements à surprises et à revers. Nous y aurons découvert ou re découvert des personnalités politiques, souvenez-vous de nos invités qui se sont mis en 4 sur France Inter, se dévoilant pour certains, se "carapaçonnant" pour d'autres. Nous aurons vu éclore ou s'affirmer quelques unes d'entre elles, Nicolas Sarkozy bien sûr, Ségolène Royal ou François Bayrou, "passeurs" tous 3 peut être, vers une autre façon de faire de la politique. Nous aurons assisté à la disparition de certaines autres, Jacques Chirac et les chiraquiens, dont Dominique de Villepin, ont passé la main. Alain Juppé n'a fait qu'un bref aller retour, Lionel Jospin ne nous occupa guère plus longtemps et Jean-Marie Le Pen a sans doute fait sa tournée des adieux. Nous aurons vécu l'engouement des français pour la Res publica, des salles de meetings combles, des émissions télé aux audiences records, des blogs à foison qui tchachaient, et échangeaient. 2007, c'est l'année qui commença à gauche, la candidate socialiste était favorite et les thématiques de gauche plébiscitées, et qui se conclut à droite, avec un candidat qui fit le meilleur score de son camp depuis 30 ans. 2007, c'est l'année où l'on a appris un mot, "la triangulation", Sarkozy en fit un parfait usage, Royal finit par se prendre les pieds de dedans. C'est l'année où le centre finit d'être mou, mais ce n'est pas celle qui vit sa victoire. 2007, c'est l'année où le tabou entre vie publique et vie privée a vraiment été levé en politique. C'est l'année où le clivage OUI/NON s'est effacé, mais ou la bipolarisation droite/gauche a retrouvé de son sens. 2007 c'est pourtant aussi l'année où des ministres socialistes sont entrés dans un gouvernement UMP. Clarification ou complexification. Nous aurons presque tout vécu ensemble non ? Mais il reste encore des choses à vivre à la rentrée tout de même ? Tout, à nouveau, et c'est cela qui est formidable avec la politique, pas de répit, pas de pause, c'est ce que les hommes et les femmes en font tous les jours qui est passionnant. Alors, la promesse de rupture de Nicolas Sarkozy sera-t-elle tenue, ou la réal politique et sa volonté de durer vont-elles faire leur oeuvre chez lui aussi, comme cela semble déjà être le cas, il a déjà reculé sur la réforme de l'université ? Quelle est l'ampleur et le sens des réformes d'ailleurs, que les Français sont prêts à accepter ? L'ouverture aux ministres socialistes va-t-elle tenir la route plus longtemps que le temps d'une photo ? Le PS est-il prêt à se rénover ou la bataille des égos va-t-elle encore enrayer le logiciel de sa refondation ? Ségolène Royal connaitra-t-elle le destin d'une étoile filante dans le ciel socialiste ? François Bayrou peut-il politiquement survivre en solitaire ou va-t-il devoir in fine, changer de partenaire ? L'extrême droite renaîtra-t-elle de ses cendres à la fin de l'état de grâce sarkozyste ? Le parti communiste français est-il mort avec le 21ème siècle ? On se retrouve à la rentrée et ça tombe bien, il y aura encore tellement de questions à se poser.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.