Didier Raoult est un scientifique, donc un tenant de la rationalité, qui opère une confusion entre la ‘vérité de raison’ et la ‘vérité d’opinion’. Thomas Legrand revient sur une phrase du professeur Raoult, prononcée à LCI ce mardi, qui opposait ces deux vérités.

Capture d 'écran du discours de Didier Raoult, directeur de l IHU Mediterranee Infection, au sujet du Coronavirus (15 avril 2020)
Capture d 'écran du discours de Didier Raoult, directeur de l IHU Mediterranee Infection, au sujet du Coronavirus (15 avril 2020) © AFP / Xose Bouzas / Hans Lucas

Oui, Didier Raoult, recevant David Pujadas, a tiré argument de sa popularité pour prouver sa légitimité. Il a semblé l’opposer à celle du ministre de la Santé (qui vient de décréter l’interdiction de l’hydroxychloroquine contre le coronavirus). 

"Les gens, ils pensent comme moi", dit le médecin marseillais et il poursuit "faites un sondage entre Olivier Veran et moi, vous verrez"…  un sondage, donc, pour répondre à une batterie d’expérimentations ! La  reconnaissance du peuple validerait son travail de soignant de terrain  quand la défiance du même peuple envers les gouvernants, Paris, les  grandes revues scientifiques, sanctionneraient une élite hors sol qui  défendrait des intérêts. 

Ce discours n’est pas neuf, mais un stade est  franchi… 

Parce que c’est un scientifique, donc un tenant de la  rationalité, qui opère une confusion entre la ‘vérité de raison’ et la ‘vérité d’opinion.

La  philosophe Myriam Revault d’Allonnes, s’inspirant de Thomas Hobbes, a établi que la raison comme l’opinion produisent des vérités : "vérité de raison" et "vérité d’opinion". 

La confusion des deux aboutit à ce que l’on appelle la ‘post vérité’. La première (la vérité de raison) ne peut  être qu’une (un fait), la seconde (la vérité d’opinion) peut être  multiple (des avis). 

Didier Raoult dit que le débat scientifique n’est que polémique et qu’il ne faut pas s’en offusquer. Mais s’il y a  polémique en science (on dit plutôt controverse), c’est au cours de l’élaboration de la vérité factuelle par expérimentation. Didier Raoult  semble estimer qu’il peut subsister deux vérités factuelles. Chacun  pense ce qu’il veut, la terre est plate (ou pas). Le consensus scientifique sur le réchauffement climatique ne l’émeut pas. Il ne l’a pas constaté lui-même donc il ne valide pas. 

Pour Didier Raoult, rien ne semble faire foi, donc. ‘Chacun sa vérité’ en quelque sorte. Mais la  vérité d’opinion, tout aussi respectable que la vérité de raison, ne prétend pas décrire la réalité telle qu’elle est seulement telle qu’elle devrait être. Dans le débat scientifique, on cherche ce qui est (donc ‘chacun sa vérité’ ça ne marche pas !).

Dans le débat politique, en revanche, on cherche ce qui devrait être. Quand un scientifique dit, s’agissant de l’effet d’une molécule sur les infections provoquées par un virus: ‘les gens pensent comme moi’… C’est sans doute qu’il faut arrêter de l’écouter.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.