**Ce matin vous revenez sur l’affaire Clearsteam.Oui parce que vendredi Dominique de Villepin a mis en ligne, sur son site internet sa réponse à « coupable », le lapsus de Nicolas Sarkozy. Alors je conseille à tous les amateurs de théâtre classique d’aller voir cette vidéo. Pareil les nostalgiques de l’éloquence à l’ancienne et du style pompier ou tout simplement pour ceux qui apprécient l’humour un peu décalé. Ce pourrait être aussi un sketch loufoque écrit par Jean-Michel Ribes. En gros on y voit Dominique de Villepin parler tout seul, répondre à son ordinateur avec un phrasé solennel et puissant. Ce phrasé, on l’imagine, que devait avoir Gambetta quand il a proclamé la république… Rien n’est à sa place. Et si l’on fait l’effort d’oublier le ridicule de la situation ça peut même avoir une certaine esthétique de l’absurde! Dominique de Villepin est donc assis derrière son ordinateur et parle avec emphase d’un procès dans lequel (il faut quand même s’en souvenir) il est mis en cause pour avoir éventuellement tripatouillé des listings ! L’association entre cette façon high-tech de communiquer et son ton déclamatoire produit un objet artistique involontaire. Une performance à ranger dans les annales des grands ratages en matière de communication ! On ne sait plus s’il parle pour la postérité ou pour son PC, comme s’il n’était jamais redescendu de la tribune de l’ONU depuis son discours magistral de 2003! Il ne manquerait plus qu’il roule les airs en prenant la voix métallique des vieux enregistrements et qu’il lance un appel pour que le peuple se rende à pied, à cheval ou en charrette à bras au tribunal correctionnel pour sauver la justice de notre pays ! Déjà, son arrivée au Palais de Justice (quelques jours plus tôt) avait été assez réjouissante. Il nous avait fait Mirabeau en singeant « nous sommes ici par la volonté du peuple etcetera »… Mirabeau-Villepin, entouré de ses enfants tout droit sortis de l’agence Elite, nous a rappelé que ce 21 septembre était le jour anniversaire de la République ! Et alors ! Quel rapport avec l’affaire Cleasteam ? Ça fait une semaine que je me pose la question. Ça avait de la gueule, c’est tout ! Puisque c’est visiblement ça qui compte… Il faudrait quand même que quelqu'un lui rappelle qu’il ne s’agit que d’une sordide affaire d’escroquerie. On a le sentiment que, pour faire oublier le fond assez vulgaire de cette histoire, l’ancien premier ministre s’exprime comme s’il voulait que l’on inscrive son nom sur la glorieuse liste des grands sacrifiés, victimes de l’injustice des puissants, après Dreyfus, Sacco et Vadzetti ou Mandela ! Et Nicolas Sarkozy, est-ce qu’il tient bien son rôle dans cette affaire ? Pas vraiment… Mais pour des raisons inverses. Il est à l’ONU, la tension monte avec l’Iran, il s’agit de réformer le Capitalisme, de sauver la planète d’un réchauffement fatal… Donc là tout est grand et Nicolas Sarkozy s’abaisse à parler d’une affaire judiciaire en cours en France et (ne maitrisant pas son langage aussi bien que Dominique de Villepin) il fait, en plus un terrible lapsus révélateur. On dirait que le scénariste de cette histoire a voulu jouer sur le contre emploi, le casting décalé. Imaginez Louis de Funès dans l’armée des ombres et Louis Jouvet dans Pouic-Pouic. Si cette affaire n’avait pas surtout révélé le scandale de l’utilisation à outrance (et pour des motifs privés et politiciens) des moyens de l’Etat, alternativement par les deux principaux protagonistes, on pourrait suivre, à la légère, tout ça comme un feuilleton avec des personnages pittoresques et sans vergogne, beau-parleur et gaffeurs. Mais en réalité cette affaire est assez pitoyable parce qu’on à le sentiment que ce qui devrait être grand est mesquin et ce qui devrait être petit est grandiloquent !**

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.