Ce matin, l’agitation parisienne en vue de 2020…

Oui, alors ce qui se fait beaucoup en ce moment c’est de danser autour de la dépouille politique d’Anne Hidalgo ! bien sûr, les 3 ou 4 candidats LREM à sa succession vous disent : «ne l’enterrons pas trop tôt, elle a des ressources», puis suit une séries d’arguments qui trahissent, en fait, un excès de confiance ! Et c’est vrai que si l’on fait un rapide tableau de la situation politique de Paris… ça à l’air, pour Anne Hidalgo plus mergitur que  fluctuat (pardon pour le latin) : Pour continuer à vivre dans Paris, il faut renoncer à avoir une cuisine dans laquelle il y a la place pour un réfrigérateur et une machine à laver ! Les rues sont sales, on ne trouve plus facilement de Vélib ; AutoLib a disparu, laissant ses emplacements comme autant de traces archéologiques vieilles d’il y a 3 mois ; les métros sont bondés aux heures de pointes, les bus ont du mal à circuler au milieu des travaux perpétuels. Pour se frayer un chemin à vélo il faut souvent slalomer entre voitures, piétons, trottinettes et camionnettes de livraison sur les pistes cyclables ! Pour faire de la voiture à Paris, il faut … en fait il ne faut pas ! Le 1er adjoint a claqué la porte en dénonçant l’autoritarisme de la maire... La maire est socialiste ! Une étiquète aussi tendance que représentant en cuisine formica !

Vu comme ça,  c’est pas gagné… mais n’est-ce pas un peu caricatural !

Si… mais c’est ce que disent beaucoup de Parisiens ! On peut décrire les choses différemment : Paris est une ville-monde, vivante, attirante, culturellement bouillonnante. Une ville en mutation écologique grâce à un maire volontariste (les opposants disent brutale). La cohabitation vélos, scooter, trottinettes, bus, voitures et piétons n’est pas encore régulée, parce que la voiture est toujours trop envahissante. Rappelons que seuls 10% seulement de trajets dans Paris se font en voiture individuelles. Sans une grande partie d’entre elles, l’offre alternative, en surface circulerait (circulera !) bien mieux. Il faut le temps que les travaux soient finis. Dans quelques mois, soit le foutoir ressenti (le seul qui compte) continue et Anne Hidalgo est futur ex-maire, soit, les efforts (travaux et contrats avec Renault, Peugeot et/ou Smart électrique pour remplacer AutoLib) commencent à payer, et alors la ville, deviendra un modèle. Aujourd’hui, Anne Hidalgo, comme tous les maires des villes-monde, est en 1èreligne pour inventer la cité vivable de demain. Elle a pris conscience de l’urgence écologique et mis en chantier la capitale, expérimenté –parfois maladroitement- des solutions… Mais elle a agi. Si cette action porte ses fruits dans quelques mois, ce peut être impressionnant. Anne Hidalgo n’est pas politiquement morte ! D’autant que l’élection à Paris c’est comme l’élection américaine, il n’est pas besoin d’avoir plus de voix que son concurrent, il faut les avoir aux bons endroits ! L’analyse détaillée de la carte électorale, arrondissement par arrondissement, devrait  calmer les ardeurs de nombre de candidats macronnistes… D’autant que cette étiquette-là n’est pas non plus ce qui se porte le mieux par les temps qui courent.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.